Étymologie

modifier
Du latin *longitanus postulé d’après l’équivalent italien lontano, plus avant, dérivé de longe, avec le suffixe -itanus, littéralement « qui est au loin, qui habite au loin ».

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin lointain
\lwɛ̃.tɛ̃\
lointains
\lwɛ̃.tɛ̃\
Féminin lointaine
\lwɛ̃.tɛn\
lointaines
\lwɛ̃.tɛn\

lointain \lwɛ̃.tɛ̃\

  1. Qui est fort éloigné du lieu où l’on est ou dont on parle.
    • La poussière du Vieux-Port, chargée de salures, éparpille un relent lointain de choses épicées. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Enfin les îles sorties des eaux (atolls) portent une flore extrêmement pauvre, venue par des apports lointains. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, page 69)
  2. Qui provient de loin.
    • On entendait vers Noisseville des hourras et des accents lointains d'une musique allemande. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, 86e édition, Plon-Nourrit & Cie, page 168)
    • […], et mon long sommeil réparateur n'est interrompu que pendant quelques instants par des aboiements furibonds répondant aux glapissements lointains d'un chacal. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 40)
  3. (Par extension) Qui est fort éloigné dans le temps.
    • Et nous autres, leurs fils lointains, à travers les milliers d'années, nous ne sommes guère moins touchés en lisant aujourd’hui ces vénérables enfances du genre humain. — (Jules Michelet, Bible de l'Humanité, Calmann-lévy, 1876, page 28)
    • Des jours lointains. - Les siècles les plus lointains.
  4. (Sens figuré) Qui semble être ailleurs, venir d'ailleurs, se diriger ailleurs.
    • On eût dit que son regard, triste et lointain comme le regard des hommes qui ont longtemps vécu sur la mer ou dans les solitudes immenses, gardait comme un reflet de l’infini. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
lointain lointains
\lwɛ̃.tɛ̃\

lointain \lwɛ̃.tɛ̃\ masculin

  1. Lieu éloigné, éloignement.
    • En ne me voyant plus, Hélène parut inquiète ; ses yeux noirs me cherchèrent dans le lointain de l’allée. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Aux alentours et dans les lointains invisibles, les tintements joyeux des clochettes argentines et les bourdons graves des sonneaux indiquaient à Mimile que les autres petits bergers, ainsi que les bergères de son âge rapatriaient comme lui vers l’abreuvoir et vers l’étable leurs troupeaux repus. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Elle prenait ma main, nerveuse, sérieuse, son regard flottant par la galerie ouverte, comme sur un lointain de sous-bois. — (Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes, José Corti, 1951)
  2. Ce qui paraît le plus reculé à la vue, dans le fond d’un tableau, d'un point de vue.
    • Il reconnut et le bouquet d’arbres sous lequel nous étions, et la disposition des feuillages, la couleur des eaux, les tourelles du château, les accidents, les lointains, enfin tous les détails du site qu’il apercevait pour la première fois. — (Honoré de Balzac, Louis Lambert, 1832)
    • Voici, certes, le plus beau site que nous ayons vu, dit-elle. […]. Voyez donc, Victor, quels lointains, quelle étendue et quelle variété. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Un village, un ancien couvent bâti en forteresse, variaient ces sites d’une simplicité orientale, qui rappelaient les lointains du Joseph vendu par ses frères, de Decamps. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Du côté de l’Ouest, au bout des lointains, je cherchais des yeux la mer qui, parfois, quand on était allé très loin, montrait au-dessus de ces lignes déjà si planes, une autre petite raie bleuâtre plus complètement droite, — et attirante, attirante à la longue comme un grand aimant patient, sûr de sa puissance et pouvant attendre. — (Pierre Loti, Le Roman d'un enfant, 1890)
    • Il alla faire une excursion au-dessus de l’Hudson et de l’East River ; il s’éleva à plusieurs reprises, comme pour voir par-delà les lointains bleus. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 231 de l’édition de 1921)
    • Car nous pouvons aussi, voyez-vous, derrière l’éther des lointains, blottis au coin de l’âtre ou perdus dans la tourmente, faire preuve de révérence sans pour autant mourir idiots ! — (Jean-Paul Pelras, « Lettre à Ségolène Royal du “fin fond de nos campagnes” ». Lagri.fr, 15 décembre 2020)
  3. (Théâtre) L'arrière de la scène d'un théâtre.
    • Les événements étaient pour lui en carton, comme les poulets de la Comédie-Française, les vivants des figurants et les meubles des toiles peintes. Il se promenait dans l’irréel avec sa chère bonne figure carrée et pâlichonne, ses vaines appréciations, les mains dans les poches de son paletot, les yeux sur la herse ou le deuxième lointain, et l’oreille au souffleur. — (Léon Daudet, Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux/Salons et Journaux, Grasset, 1917, réédition Le Livre de Poche, pages 289-290)

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier
  • lointain sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références

modifier