loisireux

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Le créateur du mot semble être Nicolas Edme Restif de La Bretonne, en l'an V. Mot dérivé de loisir avec le suffixe -eux.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin loisireux
\lwa.zi.ʁø\
Féminin loisireuse
\lwa.zi.ʁøz\
loisireuses
\lwa.zi.ʁøz\

loisireux \lwa.zi.ʁø\

  1. (Extrêmement rare) Qui tient du loisir ; qui est fait à loisir.
    • Car j'éprouvai, dès l'âge où j'en suis actuellement, cette sensation, que l'inutilité est un honteux supplice ; au lieu que l'occupation loisireuse est une jouissance réelle. Ainsi les bergers et les bergères se livraient sans scrupule et sans honte, à des jeux innocents, à observer les astres, les oiseaux, le temps ; à composer des contes et des chansons ; enfin à faire l'amour, après l'avoir chanté. — (Nicolas Edme Restif de La Bretonne, Monsieur Nicolas, part.1 : Souvenirs d’enfance, an V)
    • En un mot, à Paris, on aime vite et toujours, et l'usage a mis de côté tous les préliminaires loisireux dont abusaient les bergers d'autrefois et qui ne servent qu'à gâter l'estomac. — (Angelo de Sorr, Les filles de Paris, Paris : Comptoir des imprimeurs réunis, 1848, vol.2, p.184)
  2. (Extrêmement rare) Qui s'adonne au loisir ; qui vit à loisir.
    • On peut être très-honnête homme, excessivement docte, et ne lire jamais de romans. Ces pages s'adressent aux jeunes gens rêveurs, aux personnes loisireuses, pas à d'autres. — (Angelo de Sorr, Le vampire: roman fantaisiste, Paris : Adolphe Delahays, 1852, p.3)

DérivésModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  • Louis-Sébastien Mercier, Néologie: ou Vocabulaire de mots nouveaux, à renouveler, ou pris dans des acceptions nouvelles, tome 2, Paris : chez Moussard & chez Maradan, an X (1801), p. 101