FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVe siècle) Composé de lourd et du suffixe -aud, issu de l’ancien français lourdel (XIIIe siècle) avec changement de suffixe.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
lourdaud lourdauds
\luʁ.do\

lourdaud \luʁ.do\ masculin (pour une femme on dit : lourdaude)

  1. Individu lourd et maladroit, pataud.
    • Le ministre descendit de voiture, Tancrède le suivit aussitôt. Par bonheur, le valet de pied était un lourdaud qui lui laissa le temps de descendre avant qu’il eût pensé à relever le marche-pied. — (Delphine de Girardin La canne de M. de Balzac, Dumont, 1836, page 157)
    • Justin, qui apportait alors une pile d’assiettes, fut saisi d’un tremblement.
      — Qu’as-tu ? dit le pharmacien. Le jeune homme, à cette question, laissa tout tomber par terre, avec un grand fracas.
      — Imbécile ! s’écria Homais, maladroit ! lourdaud ! fichu âne !
      — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, 1857, troisième partie, chapitre 8)
  2. Individu à l’apparence massive, dénué de grâce.
    • Amour ! bel amour ! il n’est pas au monde de plus grand magicien que toi. D’un professeur lourdaud, vieillot, maniaque, tu fais un Adonis ! — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 165.)
    • À côté de lui, le gros lourdaud aux joues couperosées, c'est Gaspard, le fermier, et là, Anna, sa femme, efficace, joviale, un cul imposant mais alerte. — (Bernard Blangenois, Le roi des orties, Robert Laffont, 2000, page 170)
  3. (Par extension) Individu fruste, dont l’esprit est dépourvu de toute finesse.
    • Un lourdaud libéral, auprès d’une maîtresse,
      Semble donner l’aumône alors qu’il fait largesse ;
      Et d’un tel contre-temps il fait tout ce qu’il fait,
      Que quand il tâche à plaire il offense en effet.

      — (Pierre Corneille, Le Menteur, 1644, acte 1, scène 1)
    • Je pouvais suivre le raisonnement simpliste de ces lourdauds […] — (Pierre Boulle, La Planète des singes, Julliard, 1994, page 80)
    • Elle eut un sourire large et très pro. Le sourire spécial réservé aux lourdauds qui n’ont rien appris de la marche du monde et de ses complexités. — (Alain Wagneur, Djoliba, fleuve de sang, Actes Sud, 2010)

TraductionsModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin lourdaud
\luʁ.do\

lourdauds
\luʁ.do\
Féminin lourdaude
\luʁ.dod\
lourdaudes
\luʁ.dod\

lourdaud \luʁ.do\

  1. Lourd et maladroit, pataud.
    • La démarche est un peu lourdaude dans un uniforme fripé, délavé par la pluie et la neige. — (René Spiess, Les Tombes perdues, La Nuée bleue, Strasbourg, 1990, page 147)
  2. À l’apparence massive, dénué de grâce.
    • Attibert se retourna et distingua une silhouette lourdaude que des hommes hissaient sur leurs épaules. — (Louis Oury, Rouget le braconnier, Le Temps des Cerises, 2011, page 203)
  3. (Par extension) Fruste, dont l’esprit est dépourvu de toute finesse.
    • Le cocher était ce François, gars de campagne, un peu lourdaud, bon cœur, niais, facile à duper. — (Guy de Maupassant, Clair de lune, E. Monnier, 1884, Mademoiselle Cocotte, page 92)

TraductionsModifier

RéférencesModifier