Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) (1213) Du latin lustrum (« sacrifice purificatoire pratiqué tous les cinq ans »).
(Nom 2) (1482) De l’italien lustro (« éclat »), déverbal de lustrare → voir lustrer, illustrer et illustre.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
lustre lustres
\lystʁ\

lustre \lystʁ\ masculin

  1. (Antiquité romaine) Époque de la cérémonie du cens qui revenait tous les cinq ans et où l’on aspergeait le peuple romain assemblé avec de l’eau lustrale.
  2. (Antiquité romaine) Sacrifice expiatoire qui avait lieu à la période du cens.
  3. (Par analogie) Durée de cinq ans.
    • Car si de 673, qui est l’année en laquelle Faustin a bâti cette église, on en ôte dix-huit lustres, c’est-à-dire quatre-vingt-dix ans, qui s’étaient écoulés depuis la mort de saint Maur jusqu’à la construction de cette église, on trouvera que cela revient à l’an 583, qui convient fort bien au temps du décès de ce saint. — (Dom Thierry Ruinart, Apologie de la mission de saint Maur, apôtre des bénédictins en France, chapitre IV, § IV, Pierre de Bats, Paris, 1702, pp. 40 et 41)
  4. (Par analogie)(Familier) Longue durée.
    • Ça fait des lustres que je ne t'avais vu.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

lustre \lystʁ\ masculin singulier

  1. (Au singulier) Éclat que l’on donne à un objet, soit en le polissant, soit en faisant usage de quelque eau, de quelque composition.
    • La laine est d’autant meilleure que les brins sont égaux […]. Enfin on recherche le lustre, l’éclat, puis le moelleux qui s’apprécie au toucher. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature. 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    1. (Au singulier) (Par extension) La composition même dont les fourreurs, les chapeliers se servent pour donner du lustre aux fourrures, aux chapeaux de soie, etc.
    2. (Au singulier) L’éclat que donne la parure, la beauté, le mérite, la dignité, etc.
      • D’abord l’honneur de l’armée était en cause. Pourquoi ? Comment ? Parce que c’était porter atteinte au lustre de l’institution militaire que d’admettre que sept officiers se fussent trompé ? — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942, p. 97)
    3. (Vieilli) Vernis métallique irisé, utilisé pendant la Renaissance pour donner couleur et éclat aux décorations des poteries.
  2. Appareil d’éclairage, de cristal, de bronze, de bois, etc., à plusieurs branches, qu’on suspend au plafond.
     
    Lustre montgolfière à pendeloques.
    • Un lustre de cristal éclairait la salle.
    • Le lustre de l’Opéra.

DérivésModifier

  • servir de lustre, se dit de ce qui, par le contraste de son imperfection, rehausse ou fait valoir l’agrément, le mérite d’une personne ou d’une chose.

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe lustrer
Indicatif Présent je lustre
il/elle/on lustre
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je lustre
qu’il/elle/on lustre
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
lustre

lustre \lystʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de lustrer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de lustrer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de lustrer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de lustrer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de lustrer.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin lustrum.

Nom commun Modifier

lustre \Prononciation ?\ masculin

  1. Lustration.
  2. Lieu où le cerf se baigne.

Apparentés étymologiquesModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin lustrum.

Nom commun Modifier

Indénombrable
lustre
\ˈlʌs.tə(ɹ)\

lustre \ˈlʌs.tə(ɹ)\ (Royaume-Uni)

  1. (Indénombrable) Lustre.

Variantes orthographiquesModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier