FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin lympha (« eau »), issu du grec ancien νύμφη, nymphê (« nymphe »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
lymphe lymphes
\lɛ̃f\

lymphe \lɛ̃f\ féminin

  1. (Médecine) Humeur transparente qui circule dans des vaisseaux qui lui sont propres et à laquelle on a longtemps attribué la cause de plusieurs maladies.
  2. (Biologie) Un liquide jaunâtre de réaction alcaline, de composition analogue à celle du plasma sanguin, qui contient des globules blancs, mais pas de globules rouges, qui baigne les organes, plus pauvre en nutriments que le sang et plus riche en déchets.
    • S'il est exact de considérer l’œdème comme une accumulation anormale de lymphe, on peut admettre que la lymphe périphérique est un liquide tout à fait clair, ne contenant aucune trace d'éléments figurés. — (Wilhelm Wundt, Nouveaux éléments de physiologie humaine, traduit de l'allemand sur la 2e édition et augmentée de notes par le Dr Bouchard, Paris : chez F. Savy, 1872, p. 203)
    • La lymphe est un liquide clair ou jaune issu du sang - c’est la partie du sang contenant quelques globules blancs, mais pas de globules rouges... Elle est récupérée par tout un réseau de fins vaisseaux lymphatiques, peu visibles à l’œil nu ; ces vaisseaux acheminent la lymphe jusqu’aux ganglions lymphatiques, puis la transfèrent en retour dans les veines. — (Bill Forse, Christian Meyer, et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, page 41)
  3. (Par analogie) (Botanique) Humeur aqueuse qui circule dans les plantes.

VariantesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

HyperonymesModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • lymphe sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier