méliphage à gorge jaune

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIXe siècle) De méliphage, gorge et jaune, pour le différencier de l’espèce voisine, le méliphage leucotique, dont la gorge est noire.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
méliphage à gorge jaune méliphages à gorge jaune
\me.li.fa.ʒ‿a gɔʁʒə ʒon\
 
Un méliphage à gorge jaune

méliphage à gorge jaune \me.li.fa.ʒ‿a ɡɔʁʒə ʒon\ masculin

  1. (Ornithologie) Espèce de passereau des forêts, broussailles et landes de Tasmanie.
    • L’air vibre avec le chant du méliphage à gorge jaune et son appel "de-wit", le siffleur olivâtre, le miro de Tasmanie, le très beau chant du cassican, tous caractéristiques du bush australien, en l’occurrence de la Tasmanie [...]. — (Emmelene Landon, La baie de la rencontre, Gallimard, 2017)

NotesModifier

  • En biologie, le genre, premier mot du nom binominal et les autres noms scientifiques (en latin) prennent toujours une majuscule. Par exemple : Homme moderne : Homo sapiens, famille : Hominidae. Quand ils utilisent des noms en français, ainsi que dans d’autres langues, les naturalistes mettent fréquemment une majuscule aux noms de taxons supérieurs à l’espèce (par exemple : les Hominidés, ou les hominidés).
    Un nom vernaculaire ne prend pas de majuscule, mais on peut en mettre une quand on veut signifier que l’on parle non pas d’individus, mais de l’espèce (au sens du couple genre-espèce), du genre seul, de la famille, de l’ordre, etc.

HyperonymesModifier

(simplifié)

TraductionsModifier

Voir aussiModifier