méliphage de Nouvelle-Hollande

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIIIe siècle) De méliphage et de Nouvelle-Hollande, nom de l’Australie lorsque John Latham a décrit cette espèce (1780).

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
méliphage de Nouvelle-Hollande méliphages de Nouvelle-Hollande
\me.li.faʒ də nu.vɛ.l‿ɔ.lɑ̃d\
 
Un méliphage de Nouvelle-Hollande.

méliphage de Nouvelle-Hollande \me.li.faʒ də nu.vɛ.l‿ɔ.lɑ̃d\ masculin

  1. (Ornithologie) Espèce de passereau endémique du sud de l’Australie, se nourrissant surtout de nectar et de miellat, mais aussi de fruits et d’insectes.
    • La langue du méliphage de Nouvelle-Hollande est longue et se termine en forme de petite brosse, ce qui lui permet de s’approprier le nectar avec une grande efficacité. — (Daniel Goeleven, New Holland honeyeater - Méliphage de Nouvelle-Hollande (Phylidonyris novaehollandiae), Meliphagidae, flickr.com, 2014)
    • Le méliphage de la Nouvelle-Hollande défend âprement son territoire et notamment ses sources d’alimentation. Il n’hésite pas à jouer du bec pour chasser les intrus. — (Le méliphage de la Nouvelle-Hollande, un oiseau territorial, lesoiseauxdufaucigny.centerblog.net)

NotesModifier

  • En biologie, le genre, premier mot du nom binominal et les autres noms scientifiques (en latin) prennent toujours une majuscule. Par exemple : Homme moderne : Homo sapiens, famille : Hominidae. Quand ils utilisent des noms en français, ainsi que dans d’autres langues, les naturalistes mettent fréquemment une majuscule aux noms de taxons supérieurs à l’espèce (par exemple : les Hominidés, ou les hominidés).
    Un nom vernaculaire ne prend pas de majuscule, mais on peut en mettre une quand on veut signifier que l’on parle non pas d’individus, mais de l’espèce (au sens du couple genre-espèce), du genre seul, de la famille, de l’ordre, etc.

HyperonymesModifier

(simplifié)

TraductionsModifier

Voir aussiModifier