Voir aussi : meshui

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l'ancien français meshui.

Adverbe Modifier

méshui \Prononciation ?\ invariable

  1. (Désuet) Désormais ; tantôt.
    • Ah! il faut méshui tout de bon transporter nos cœurs auprès de ce Roi immortel, et vivre tout uniquement pour lui. — (Augustin Henry, Les Magnificences de la religion, 1863, vol.3, page 530)
    • Il est obligé de vous être propice ès afflictions, que les justes affections, lesquelles il vous avait élargies pour votre mariage, vous causeront méshui en cette privation. — (Louis Branchereau, Politesse et convenances ecclésiastiques, Paris : chez Vic et Amat, 1889, p. 549)
    • C'est fait de nous, et notre compagnie
      Est pour jamais vilipendée, honnie.
      Que dira-t-on méshui de Molina,
      De Lessius, Escobar, Diana ?
      Adieu, vous dis, morale tambourine.
      De Molina la flatteuse doctrine.
      — (Jean-Baptiste de Grécourt, « Philotanus : poëme », dans les Œuvres complètes de Grécourt, nouvelle édition, tome 1, Paris : Imprimerie de Chaigneau, an V, p. 7)

DérivésModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  • Jean-François Michel, Dictionnaire des expressions vicieuses usitées dans un grand nombre de départemens et dans la ci-devant Province de Lorraine, Nancy, 1807, p. 131