Voir aussi : métaphoré

Étymologie

modifier
Du grec ancien μεταφορά, metaphorá dérivé de μεταφέρω, metaphérô (« transporter »).

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
métaphore métaphores
\me.ta.fɔʁ\

métaphore \me.ta.fɔʁ\ féminin

  1. (Rhétorique) Figure de style qui consiste à remplacer un mot par un autre, présentant avec lui un rapport d’analogie.
    • Les prophètes et les patriarches, ces saints de la vieille loi, et qui n'ont connu la vérité qu’imparfaitement et à travers des métaphores, ont le nimbe en argent. — (M. Didron, Iconographie chrétienne : Histoire de Dieu, dans la Collection des Inédits sur l'Histoire de France, 3e série : Archéologie, Paris : Imprimerie royale, 1843, page 169)
    • Dès l’Antiquité, les poètes ont usé de métaphores guerrières pour décrire les effets de l’amour naturel. Le dieu d’amour est un « archer » qui décoche ses « flèches mortelles ». La femme « se rend » à l’homme qui la « conquiert » […]. — (Denis de Rougemont, L’Amour et l’Occident, édition de 1946)
    • Voila comment, dans la plupart des poèmes arabes que l’on va lire, les métaphores même les plus complexes ne quittent jamais le champ des réalités pour celui des abstractions. — (Pierre Louÿs, La Femme dans la poésie arabe, dans Archipel, 1932)
    • Ces docteurs confondent, par un grossier sophisme, un idéal qui, en tant que non changeant, peut par pure métaphore être qualifié de mort, avec les hommes, les êtres charnels […] — (Julien Benda, La Trahison des clercs : Appendice des valeurs cléricales, 1927, éd. 1946)
    • Ils ne sont pas en peine d’être gouailleurs et d’employer avec la pratique un langage ambigu, la métaphore et l’hyperbole. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Nous utilisons souvent cette figure de rhétorique qui consiste à substituer la comparaison analogique sans signaler la ressemblance. La métaphore la plus scandaleuse de l'histoire du théâtre est le fameux « Vous êtes mon lion superbe et généreux » de Victor Hugo qui déclencha la bataille d'Hernani. — (Jean-Claude Martin, Comment avoir le dernier mot : Développez votre sens de la repartie pour toujours répondre du tac au tac !, Leduc.s Éditions, 2011, page 118)
    • Mythologie du village français ? Oui, complètement ! C’est même drôle à quel point nous recouvrons la réalité par des métaphores et des mythes. Actuellement, ce sont l’image de la guerre et de l’abri qui dominent. — (Michel Eltchaninoff, « Carnet de la drôle de guerre », dans la newsletter du 21/03/220 de Philosophie Magazine.)
    • – C'est pas une métaphore, c'est une périphrase.
      – Ah ! Fais pas chier !
      – Ça, c'est une métaphore.
      — (Michel Audiard, Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages, 1968)
La métaphore est un des moteurs de l’évolution d’une langue : quand on parle des ailes d’un moulin ou des pieds d’une chaise, on a intégré la métaphore depuis belle lurette.

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Hyperonymes

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Traductions

modifier

Forme de verbe

modifier
Voir la conjugaison du verbe métaphorer
Indicatif Présent je métaphore
il/elle/on métaphore
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je métaphore
qu’il/elle/on métaphore
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
métaphore

métaphore \me.ta.fɔʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de métaphorer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de métaphorer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de métaphorer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de métaphorer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de métaphorer.

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier

Références

modifier