Étymologie

modifier
Mot dérivé de majuscule, avec le suffixe -aire

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
majusculaire majusculaires
\ma.ʒys.ky.lɛʁ\

majusculaire \ma.ʒys.ky.lɛʁ\

  1. (Typographie) Qui est de la nature de la lettre majuscule ; qui en a la qualité.
    • Cette méthode est doublement absurde, appliquée à des inscriptions majusculaires et monumentales dans lesquelles une certaine recherche d'élégance et de régularité a dû produire beaucoup de lettres semblables pour la forme et différentes pour le son. — (Augustin Chaho, Histoire primitive des Euskariens-Basques, chap. 9, tome 1, Madrid & Bayonne: chez Jaymebon, 1847, page 121)
    • Le médaillon de la première clef de voûte de la chambre basse est une copie exacte de celui que l'on voit à l'entrée du chœur, à la seule différence près, qu'au lieu du caractère majusculaire, le même texte, sculpté circulairement autour de l'agneau, se compose, ici, de minuscules gothiques ; ce qui donne lieu de présumer que la sacristie n'a été construite qu'après l'achèvement du bâtiment principal : […]. — (A. Ottmann, « Esquisse archéologique et historique de l'église Notre-Dame d’Avioth », appendice 2 de l’Histoire du comté de Chiny et des pays Haut-Wallons, par M. Jeantin, tome 2, Paris : chez Jules Tardieu , Bruxelles : chez F. Heussner & Nancy : chez Grimblot, veuve Raybois & Cie, 1859, page 466)
    • Dans l’exergue est la légende qui se compose de lettres initiales tant majusculaires que minuscules romaines et de caractères Thyo-romans. — (Jeantin, « Une médaille historique inédite du 13e siècle. 1236. », dans les Annales de l'Institut archéologique du Luxembourg, tome 7, Arlon : chez P.-A. Bruck, 1871, p. 151)
  2. (Par extension) Qui porte une majuscule.
    • Elle est le camouflage de la piraterie. C'est au nom de la Justice majusculaire que se perpètrent les plus flagrantes injustices. — (Marcel de Corte, L'homme contre lui-même, Nouvelles éditions latines, 1962, page 264)
    • Si l'on voulait être complet, il faudrait dire un mot aussi du rôle des majuscules et des italiques, dans Les Fleurs. Et l'on noterait en particulier qu'il y a, en cette œuvre, une pièce que l'on pourrait qualifier de majusculaire, tant les majuscules y abondent (A une Madone), et une pièce que l'on pourrait dire italiquaire, tant les italiques s'y trouvent prodiguées (L'Horloge). — (Léon Bopp, Psychologie des Fleurs du mal, tome 4, n° 2, Librairie Droz, 1969, p. 969)
    • Les procédés de Céline pour ériger Ferdinand en « Saligaud » majusculaire sont facilement identifiables : scatologie, couplets d'injures, agressions permanentes, dévalorisation sexuelle. — (Archives des Lettres modernes, n° 183 à 187, 1979, page 73)

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes