Étymologie

modifier
De l’anglais maker (« faiseur »).

Nom commun

modifier

maker \mɛj.kœʁ\ masculin

  1. (Anglicisme) Personne qui fabrique en amateur des machines.
    • Un maker, c’est avant tout un amateur enthousiaste qui fait petit à petit partie d’une communauté de gens partageant les mêmes intérêts. — (Andrea Maietta & Paolo Aliverti, Devenez maker ! Guide pratique pas à pas, Dunod, 2017, page 5.)

Synonymes

modifier

Traductions

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Étymologie

modifier
Dérivé de make (« faire, créer »), avec le suffixe -er.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
maker
\ˈmeɪ.kɚ\
ou \ˈmeɪ.kə\
makers
\ˈmeɪ.kɚz\
ou \ˈmeɪ.kəz\

maker \ˈmeɪ.kɚ\ (États-Unis), \ˈmeɪ.kə\ (Royaume-Uni)

  1. Créateur, faiseur.
    • Who is the maker of this wonderful toy?
      La traduction en français de l’exemple manque. (Ajouter)
    • He has gone to meet his maker. (Dieu — dans ce sens, on quelquefois met le mot à majuscule)

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Prononciation

modifier

Étymologie

modifier
De même radical que makal (« faible, fragile »), makar (« tare »).

Adjectif

modifier

maker \Prononciation ?\

  1. Difforme.

Synonymes

modifier

Références

modifier

Forme de verbe

modifier
Conjugaison Présent Indicatif
Personne Singulier Personne Pluriel
1 maké 1 maket
2 makel 2 makec
3 maker 3 maked
4 makev

maker \maˈkɛr\ ou \maˈker\

  1. Troisième personne du singulier du présent de maké.

Anagrammes

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Dérivé de maken (« faire »), avec le suffixe -er.

Nom commun

modifier

maker \Prononciation ?\

  1. Créateur.

Synonymes

modifier

Taux de reconnaissance

modifier
En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 97,7 % des Flamands,
  • 99,3 % des Néerlandais.

Prononciation

modifier

Références

modifier
  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]