Étymologie

modifier
(XVe siècle) Du latin maleficus (« malfaisant »).

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
maléfique maléfiques
\ma.le.fik\

maléfique \ma.le.fik\ masculin et féminin identiques

  1. (Astrologie) Qui se disait des planètes et des étoiles auxquelles l’ignorance et la superstition attribuaient de malignes influences.
    • La tête de Méduse et le cœur du Scorpion ont été regardés comme des étoiles maléfiques. — Une configuration planétaire maléfique.
    • Mais j’ai dû depuis me résoudre à une explication plus prosaïque : il n’y avait aucune volonté maléfique derrière toute cette correspondance, seulement une indifférence profonde. — (Tatiana Arfel, L’Attente du soir, chap. 5, Éd. José Corti, coll. « Les Massicotés », 6e éd., Paris, 2018 (2008), page 69)
  2. Qui exerce une influence occulte et malfaisante ; qui cause du mal, qui porte malheur.
    • Jadis le sorcier, le magicien, le jeteur de sort faisaient grand usage du crapaud. On recourait à ses pouvoirs maléfiques ou salutaires. — (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • Ce qui les angoisse vraiment, ce sont les cousins maléfiques des selfies : les sextos. Nous mettons nos filles en garde : « N'envoie jamais, au grand jamais, de messages sexuellement explicites à quiconque, […]. » — (Peggy Orenstein, Girls & Sex : une étude américaine, traduit de l'anglais (États-Unis) par Claire Richard, 2018)
    • Si une chose frappe particulièrement, ces années-ci, lorsqu’on voit se déployer la frange radicale de ceux qui se croient en insurrection contre un Système qu’ils peinent à définir mais qu’ils ne cessent de maudire, c’est la conviction profonde que l’Histoire mettrait en scène un affrontement irréductible entre des forces obscures, agissantes, maléfiques et, de l’autre côté, une résistance composée de guerriers héroïques, déchiffrant à travers l’actualité les signes invisibles aux autres de cette lutte sans merci. — (Mathieu Bock-Côté, « Couvre-feu: je réponds à vos questions! », Le Journal de Québec, 10 janvier 2021)
  3. (Spécialement) Qui relève des forces du diable, du démon.
    • Dirigeant le seul gouvernement catholique en Amérique du Nord, il affirme que, pour lui comme pour le patronat catholique, la grève est maléfique. Il réitère que la grève de l'amiante (1949) violait la loi ainsi que la doctrine sociale de l'Église, estimant que désobéir aux lois du gouvernement, c'était aussi violer la loi de Dieu. — (Jacques Rouillard, Le mythe tenace de la folk society en histoire du Québec, Septentrion, 2023, page 131)

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier

Références

modifier