FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(fin XIXe siècle) Origine obscure : peut-être de l’italien mandala (« envoie-la »), de l’occitan mandalo (« amande »), voire d’une altération de mandoline ou de mandarine, selon les dictionnaires d’argot.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
mandale mandales
\mɑ̃.dal\

mandale \mɑ̃.dal\ féminin

  1. (Argot) Claque, gifle.
    • Y aurait des chanc’s pour qu’ d’eun’ mandale
      Un d’euss’ m’envoye râper les dalles
      Du « Rat Mort » au café Procope.
      — (Jehan Rictus, « Songe-Mensonge », IV, dans Les Soliloques du Pauvre, 1897)
    • Pépère, elle le savait, quand il préparait un boulot, il admettait plus les humeurs de personne. C’étaient des moments où il avait la mandale facile. — (Albert Simonin, Une balle dans le canon, Série noire, Gallimard, 1958, page 190)
    • Lui prendre le revolver des mains est un jeu d’enfant. Lui administrer une double mandale avec rotation du poignet et prise de carres sur ses pommettes en est un autre. — (Frédéric Dard (San-Antonio), En peignant la girafe, Fleuve Noir, 1969, page 198)
    • Y m’a filé une beigne, j’lui ai filé une mandale. — (Renaud, « Laisse béton », 1977)
    • On était tous l’égal d’notre frangin de mandales. — (Renan Luce, « On n’est pas à une bêtise près », 2009)

SynonymesModifier

→ voir gifle


TraductionsModifier

PrononciationModifier