FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) (1404) Forme féminine du latin mantele (« manteau ») → voir mantis en ancien français, mantille en français.
(Nom commun 2) (1734) Du latin mantis, emprunté au grec ancien μάντις, mántis (« prophétesse »).
(Nom commun 3) Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
mante mantes
\mɑ̃t\

mante \mɑ̃t\ féminin

  1. (Habillement) Vêtement de femme, ample et sans manches, qui se porte par dessus les autres vêtements, par temps froids.
    • Il y avait dans ses vêtements des vestiges de magnificence. C’était de la soie usée, une mante propre, quoique passée, des dentelles soigneusement raccommodées ; enfin les haillons de l’opulence ! — (Honoré de Balzac, Un épisode sous la Terreur, 1831)
    • Miette était couverte d’une grande mante brune à capuchon, qui lui tombait jusqu’aux pieds et l’enveloppait tout entière. On ne voyait que sa tête et ses mains. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, chapitre I ; réédition 1879, page 15)
    • Ils grimpaient la côte en chantant par groupes de cinq ou six, le père en avant, la lanterne en main, les femmes enveloppées dans leurs grandes mantes brunes où les enfants se serraient et s’abritaient. — (Alphonse Daudet, Les trois messes basses, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, réédition Le Livre de Poche, 1974, pages 196-197)
    • Enveloppée d’une mante de drap rose, Thérèse descendit avec Dechartre les degrés du perron. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 315)
  2. (Habillement) Vêtement de ce genre que les dames portaient pendant les deuils de cour.
  3. (Habillement) Habit que portent quelques religieuses.
    • La première, à droite, en bas, par la mante de Sainte Cécile, d’autres par le corsage de Sainte Agnès […] — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  4. (Habillement) Grande cape.
    • — Hélas ! non, dit Guillaume, car voici la mante de Jeanne ! Et il ramassa la cape de la jeune fille. — (George Sand, Jeanne, 1844)
    • Si la nuit est sombre, il faut prendre garde de mettre le pied sur le ventre de quelque honorable hidalgo roulé dans sa mante, qui lui sert de vêtement, de lit et de maison. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
  5. (Figuré) Élément qui recouvre quelque chose.
    • Collant son visage aux vitres il tâcha, sans y parvenir, de percer l’ombre dont la mante immense couvrait les tranchées proches et des milliers d’hommes en alerte. — (Joseph Kessel, L’équipage, Gallimard, 1969, page 18)

DérivésModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
mante mantes
\mɑ̃t\
 
Une mante religieuse (1)

mante \mɑ̃t\ féminin

  1. (Entomologie) Insecte de l'ordre des mantoptères, dont une espèce s’appelle la mante religieuse.

DérivésModifier

Nom commun 3Modifier

Singulier Pluriel
mante mantes
\mɑ̃t\

mante \mɑ̃t\ féminin

  1. (Ichtyologie) Synonyme de diable de mer méditerranéen (poisson).
  2. (Ichtyologie) Synonyme de raie manta (poisson).

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

KotavaModifier

ÉtymologieModifier

De mantaf (« large ») avec le suffixe -e indiquant une dimension.

Nom commun Modifier

mante \ˈmantɛ\ ou \ˈmante\

  1. Largeur (dimension).
    • Inafe mante tir vas per-sanoye deciteametre. — (vidéo)
      Sa largeur est de septante millimètres.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  • « mante », dans Kotapedia