maquiller

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1815) Dérive, à l’aide du suffixe -iller, de l’ancien verbe picard maquier (« faire »), lui-même emprunté au moyen néerlandais maken (« faire »). Le verbe est passé dans l’usage argotique avec le sens de « falsifier » puis dans l’argot du théâtre (1840) avec celui de « grimer ». Il a enfin perdu le sens argotique pour signifier « farder, enjoliver un visage ».

Verbe Modifier

 
Maquiller (1)

maquiller \ma.ki.je\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se maquiller)

  1. (Cosmétologie) Farder ; recouvrir de fard.
    • […] à la fin du mois, je pouvais apporter à ma femme, une centaine de francs, qu’elle dépensait aussitôt en pommades, en glycérine, en menus objets avec lesquels elle se parait, se maquillait, se pomponnait. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Je la revois avec ses toilettes, pas très jolies mais tapageuses, ses beaux bras gras, sa croupe bien en chair, ses seins bien lourds de belle brune au calme de génisse, et ses cheveux si noirs, ses lèvres si rouges, sa peau si fraîche, ses yeux superbes toujours trop charbonnés, car elle savait très mal se maquiller. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 90.)
  2. (Par extension) Travestir une chose.
    • Le maquignon de bas étage […] tripote, drogue, maquille, défigure un cheval sur lequel il veut gagner quelques pistoles. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Honoré connaissait toutes les ficelles du métier de maquignon, mais l’exemple de son père n’avait jamais pu le décider à maquiller une bête ou à dissimuler les imperfections d’un cheval. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 28.)
    • (Figuré) Maquiller un manuscrit.
    • Cet auteur a su habilement maquiller tous ses emprunts.
  3. (Argot) Faire : le sens étymologique a été conservé.
    • - Qu’est-ce que nous maquillons icigo ? — (Victor Hugo, Les Misérables — Tome IV : L’idylle rue Plumet et l’épopée rue Saint-Denis (1862), Émile Testard, 1890, pages 264-265)
    • Depuis une semaine, ayant strictement rien à maquiller, elle venait de filer le tarin dans une série de volumes, hérités, avec le toutim, du baronnet, et qu’elle avait jusqu’alors conservés, bicause les reliures qui cadraient parfaitement avec les boiseries de la bibliothèque. — (Albert Simonin, Une balle dans le canon, Série noire, Gallimard, 1958, page 130)
    • (Pronominal) [...] de ma planque, je peux voir ce qui se maquille dans le hall.— (Frédéric Dard (San-Antonio), Le Secret de Polichinelle, Fleuve Noir, 1958, page 179)

SynonymesModifier

farder

AntonymesModifier

farder

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier