maringouin

Voir aussi : Maringouin

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du guarani, tupi-guarani mbaríguí (« cousin, moustique »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
maringouin maringouins
\ma.ʁɛ̃.ɡwɛ̃\
 
Un maringouin. (2)
 
Maringouin, le nom d’une ville de Louisiane.

maringouin \ma.ʁɛ̃.ɡwɛ̃\ masculin

  1. Nom vulgaire de diverses espèces de tipules (cousins) des Antilles et d’autres pays.
    • Les maringouins montaient en buée vibrante. — (Jypé Carraud, Tim-Tim-Bois-Sec, éditions Payot et Rivages, 1996, collection Rivages/Mystère, page 354)
    • Déçu, je m’étendis dans mon hamac mais n’y trouvai point le repos. J’étais désolé par les moustiques qu’on nomme ici des maringouins. — (Paul Morand, Montociel, rajah aux Grandes Indes, 1947)
    • Les Saint-Cyriens de naguère se souviennent encore des invasions de maringouins qu’ils subissaient sans stoïcisme. — (Jean de La Varende, Versailles, édition Henri Lefebvre, 1959, page 30)
  2. (Canada), (Missouri) Moustique.
    • Ces Maringouins incommodes, ſont de petits Moucherons à peu près ſembables à ceux de l’Europe, mais qui ſe trouvèrent en ſi grande quantité dans cet endroit, qu’il ne me fut pas poſſible de m’en debarraſſer, quelque précaution que je priſſe de faire joüer ſans ceſſe devant moi une branche de feuillage, que j’avois cueillie à cet effet. — (Claude Le Beau, Avantures du Sr. Le Beau, 1738)
    • Au pays de Québec les garçons sont traités en hommes dès qu’ils prennent part au travail des hommes, et de leur usage précoce du tabac ils peuvent toujours donner comme raison que c’est une défense contre les terribles insectes harcelants de l’été : moustiques, maringouins et mouches noires. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • Les maringouins arrivaient en légions si nombreuses que leur bourdonnement formait une clameur, une vaste note basse qui emplissait la clairière comme un mugissement. — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • Le dernier maringouin vint se poser sur la figure de la petite Alma-Rose. Gravement elle récita les paroles sacramentelles :
      — Mouche, mouche diabolique, mon nez n’est pas une place publique !
      Puis elle écrasa prestement la bestiole d’une tape.
      — (Louis Hémon, Maria Chapdelaine, J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
    • Les touristes viennent pour les crocodiles mais trouvent les maringouins.
    • Les moustiques ou les maringouins, c’est la même chose au Québec.
    • Les maringouins c’est une bibitte
      Faut se gratter quand ça nous pique
      Je vous dis c’est bien souffrant
      C’est cent fois pire que l’mal aux dents
      J’ai les jambes pleines de piqûres
      C’est comme un vrai morceau de forçure
      J’ai la peau toute enlevée
      C’est parce que j’me suis trop grattée
      — (La Bolduc, Les maringouins)
    • Taon, mouche à cheval : Taon : Tubanus
      Guêpe à cheval : L’Œstre du cheval :
      Gastrus equi
      Frappe-à-bord : Les Chrysops :
      Chrysops niger
      Brulôt : Simule :
      Simulium
      Maringouins : Cousins :
      Culex pipiens
      Mouches à vers : Mouche de la viande :
      Culliphora vomitaria
      Mouche jaune : Mouche merdivore :
      Musca merdaria
      Chiques, barbeaux : Les larves de l’Œstre du cheval :
      Gastrus equi
      Chenilles des vaches : Les larves de l’Œstre du bœuf :
      Hypoderma bovis
      Lève-cul, culbuteux : Les larves des Cousins :
      Culex
      Moustiques : Tous le autres Diptères de petite taille
      — (Noms vulgaires des insectes en Canada, Le Naturaliste canadien, tome troisième, no. 4 (mars 1871), C. Darveau, Québec, 1871)

Variantes orthographiquesModifier

SynonymesModifier

Sens 1
Sens 2

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier