Voir aussi : marrainé

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin populaire matrina, diminutif du latin classique mater (« mère »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
marraine marraines
\ma.ʁɛn\

marraine \ma.ʁɛn\ féminin (pour un homme, on dit : parrain)

  1. Celle qui avec le parrain, présente un enfant (le filleul) aux fonts baptismaux (mère spirituelle d’un enfant) ou assiste l’enfant de manière analogue dans une cérémonie civile ou d’une autre religion ou conviction.
    • Rémy avait, au Petit-Villemongin, une marraine, la mère Barbou, qui n’avait pas volé son nom. Elle était épicière ambulante et passait dans les villages avec sa voiture à grande bâche, où pendillait je ne sais tout quoi. — (Georges Lubin, « Une jolie attelée », dans Les Œuvres libres, 1949, n° 42, page 182)
    • Le parrain et la marraine s’engagent à soutenir l’enfant en toute circonstance et à respecter sa liberté individuelle dans ses choix futurs. — (Centre d’Action Laïque, Parrainage laïque → lire en ligne)
    • On affirme volontiers que l’enfant qui se retrouve orphelin sera confié à son parrain ou à sa marraine : ce serait l'intérêt du baptême religieux et, invention plus récente, du laïc baptême civil, ou républicain. C’est une légende. — (Pierre-Brice Lebrun, Guide pratique du droit de la famille et de l'enfant en action sociale et médico-sociale, Dunod, 2011 → lire en ligne)
  2. (Centre) Mère du parrain.
    • Les jeunes filles de mon pays ont assez l’habitude de donner au fils de leur marraine le titre de parrain, et réciproquement celui de marraine à la mère du parrain. — (George Sand, Jeanne, 1844)
  3. Celle qui, lors de l’inauguration d’une cloche ou d’un navire, lui donne un nom.
    • Un mois après, le village de Prosny était en grande fête ; on allait bénir la nouvelle cloche. Le choix du parrain et de la marraine avait quelque temps agité les esprits. Comme il est d’usage de les choisir parmi les plus hautes notabilités de la paroisse, on avait d’abord pensé à M. le maire et à madame son épouse ; […] — (Just-Jean-Étienne Roy (sous le pseudonyme de Just Girard), La Cloche cassée, Tours, Alfred Mame & fils, 8e éd., 1877)
    • Quoique Jean Carré n’eût pas beaucoup travaillé au collège, il en savait cependant assez pour être reçu capitaine. Il prit son brevet, en attendant que le navire fût lancé. Le jour du lançage. Jean Carré dit à celle qui avait toujours été si bonne pour lui :
      – Vous êtes ma marraine. Soyez aussi la marraine de mon bateau.
      On inscrivit donc sur l’arrière du bâtiment le nom de
      Barbaïka. Car ainsi s'appelait l'excellente femme. — (Anatole Le Braz, La Légende de la mort chez les Bretons armoricains, Paris, Honoré Champion, 1902 , volume 2, chapitre 18, § 95, page 212)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  • nêne
  •   marraine figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : généalogie.

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe marrainer
Indicatif Présent je marraine
il/elle/on marraine
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je marraine
qu’il/elle/on marraine
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
marraine

marraine \ma.ʁɛn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de marrainer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de marrainer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de marrainer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de marrainer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de marrainer.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Voir aussiModifier