LatinModifier

 

ÉtymologieModifier

→ voir marron.

Nom commun Modifier

marucci \Prononciation ?\ (genre à préciser : {{m}}, {{f}}, {{mf}}, {{n}} ?)

  1. Habitants des Alpes
    • « Saint Eude, Abbé de Cluny, dans la Vie de St Géraud , Comte d’Aurillac, fait mention de ces porteurs de chaises : mais il les appelle « Marucci ». Ipsi quippe Marrucci ; rigentes videlicet Alpium incolae ; nihil quastuostus estimabant, […] Geraldi per juga mentis fouine, transveherent . Mais Jean, moine de Cluny, italien , dans la Vie de St Eude, les appelle « Marroni » : duquel mot, il donne l’origine. Voici ces termes : Secus illum locum, [il parle des Alpes] habitant quoddam genus hominum, qui « Marrones » vocantur : eo arbitror ex Maronea, Aquilonari provincia, illud nomen traxisse originem. Ii, accepta mercede, prabuerunt ei ducatum : ficut et aliis facere consueverunt : quia aliter, hiemis tempore, nemo perdillos Montes volet transire. — (Dictionnaire étymologique de Gille Ménage)
  2. Marron, guide, passeur en montagne.
    • Apparut alors, disent les textes, « quoddam genus hominum qui marrones vocantur » (une sorte d’homme qu’on appelait marrons). Cette appellation est écrite de différentes façons. On relève marones, marronai, marronnes, marucci, mazanes et, en Val d’Aoste plus particulièrement, celle de marronniers — (Nicolas Giudici, La philosophie du Mont-blanc, Grasset, 2000)

SynonymesModifier

RéférencesModifier