FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1931) [TLFI] Au sens biologique du terme. → voir masculin et -isme.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
masculinisme masculinismes
\mas.ky.li.nism\

masculinisme \mas.ky.li.nism\ masculin

  1. (Biologie) (Vieilli) Le fait qu’une femme présente des caractères secondaires propres aux hommes [TLFI].
    • À l’étude de l’infantilisme on a récemment joint celle du puérilisme, du féminisme, du masculinisme. En particulier le masculinisme a fait l'objet d'un travail fort curieux de Mérillon sur la seconde puberté. Les femmes n'ont pas de seconde puberté, telle est la règle. — (Anatomie & anatomie descriptive et comparée, anthropologie, embryologie, histologie, actes du XVe Congrès International de Médecine, Lisbonne, 19-26 Avril 1906, imp. A. de Mendonca, 1908, p. 127)
    • La suppression de la fonction ovarienne entraîne souvent une poussée d'obésité à laquelle s'associe l'empâtement des formes, du masculinisme avec hypertrichose, rappelant dans une certaine mesure le masculinisme cortico-surrénal. — (Paris médical: la semaine du clinicien, vol. 35-36, Paris : chez J.B. Baillière et fils, 1920, p. 363)
  2. (Politique) (Sociologie) Doctrine revendicative qui promeut les droits des hommes et leurs intérêts dans la société civile, contre ceux des femmes.
    • Le masculinisme, qui a si longtemps étouffé, stérilisé la pensée humaine, qui nous retarde tant encore aujourd'hui, restera dans l'histoire de l'humanité comme un âge barbare, l'âge de la force brutale succédant aux âges de pierre et de fer. — (Pierre Bonnier, Défense organique et centres nerveux, Paris : E. Flammarion, 1914, p. 179)
    • Cette présentation du féminisme, d'une part, et des causes de l'effacement des pères, d'autre part, est très contestée par les féministes qui dénoncent dans le masculinisme un mouvement de contestation réactionnaire et sexiste. — (Anne Verjus, « Coûts subjectifs et objectifs de la masculinité : le point de vue de masculinistes (et des féministes) », dans Boys don't cry!: Les coûts de la domination masculine, sous la direction de Delphine Dulong, Christine Guionnet et Érik Neveu, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 45)
    • On pourrait donc identifier un masculinisme dès que la doxa misogyne ordinaire s’active et se mue en comportement identitaire. Peut-on dès lors parler de masculinisme à propos des Hommen ? — (Josselin Tricou, « Entre masque et travestissement : Résistances des catholiques aux mutations de genre en France: le cas des "Hommen" », dans la revue Estudos de Religião, vol. 30, n° 1, jan.-avr. 2016, p. 58)
  3. (Politique) Mouvement social et politique qui propage et défend cette doctrine.
    • « Masculinisme » désigne à la fois un mouvement de défense des droits des hommes et de leurs rôles sociopolitiques et un mouvement de protestation qui vise à affranchir les hommes de leurs rôles sociaux traditionnels — (Radio-Canada (en 1995), « masculinisme », dans Le grand dictionnaire terminologique, Office québecois de la langue française, [consulté le 14 décembre 2019])
    • Le masculinisme consiste à s'intéresser à l’égalité des sexes en ayant une sensibilité particulière pour la condition masculine. C'est le pendant masculin du féminisme, même si les formes d'expressions, les revendications ou les approches théoriques différent. — (« définition de masculinisme », dans hommes-en-mouvement.info, [consulté le 28 décembre 2019] → lire en ligne)
    • Le masculinisme et le féminisme sont des termes relatifs, et lorsque l'un est assez fort pour égaler l'autre, les deux vont fusionner dans une doctrine commune de l'humanisme. — (Dora Marsden, dans la revue The Freewoman, vol. 1, n° 2, nov. 1913, p. 24)

VariantesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier