mauvaise langue

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de mauvais et de langue.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
mauvaise langue mauvaises langues
\mɔ.vɛz lɑ̃ɡ\

mauvaise langue \mɔ.vɛz lɑ̃ɡ\ féminin

  1. (Familier) Personne qui se plaît à médire.
    • L'enfer ne brûle que les coupables, tandis qu'une mauvaise langue brûle les innocents encore plus que les coupables. L'enfer ne brûle que les ennemis de Jésus-Christ, tandis qu'une mauvaise langue, comme l'a remarqué saint Augustin, crucifie Jésus-Christ lui-même. L‘enfer est un effet de la justice de Dieu, tandis qu'une mauvaise langue est l'effet de la perversité et de l'injustice des hommes. — (Léonard de Port-Maurice, « Sermon XXV : De la médisance », dans les Sermons pour le Carême, traduit de l'italien par F.-I.-J. Labis, tome 2, 2e édition, Tournai : chez Casterman, 1867, p. 229)
    • La chose mérite d'être soulignée, car cette mauvaise langue de Mme de Genlis reprendra à son compte un ragot particulièrement sot, faisant de l'anglais de Voltaire un baragouin insupportable. Voilà qui est absolument faux. — (Vincent Badaire, Ce diable d'homme ou Voltaire inconnu, TF1/Telecip & Hachette/CEDS, 1978, chap. 5)
    • L’indifférence en matière de foi était devenue de règle, car d’hostilité on n’en sentait point trop encore ; à peine sourdait-elle, peut-être, dans quelques propos sacrilèges que les mauvaises langues : […], s’essayaient malicieusement dans l’ombre à propager. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Locution adjectivale Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
mauvaise langue mauvaises langues
\mɔ.vɛz lɑ̃ɡ\

mauvaise langue \mɔ.vɛz lɑ̃ɡ\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Qui se plait à médire, à calomnier.

PrononciationModifier