mener par le bout du nez

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 
L’inspiration du proverbe.
(XVIIIe siècle) Par analogie avec l’animal qu’on conduit en lui attachant une chaine au nez, d’après une phrase grecque « parlant d’un imbécile qui se laisse conduire par autrui, comme nous voyons que l’on conduit les buffles & les ours en leur passant une chaîne au museau » [1].
Pour l’étymologie des mots formant le proverbe → voir mener, par, le, bout, du et nez

Locution verbale Modifier

mener par le bout du nez \mə.ne paʁ lə bu dy ne\ transitif (se conjugue → voir la conjugaison de mener)

  1. (Figuré) (Familier) Abuser de l’ascendant qu’on a sur quelqu’un pour lui faire faire tout ce qu’on veut [2].
    • Si je me souviens bien, c’est Lews Therin qui te menait par le bout du nez, et pas le contraire. Insensible à tes caprices, il ne bronchait pas quand tu tapais du pied. En quelque sorte, il t’envoyait lui acheter du vin, et tu filais doux… — (Robert Jordan, Les Feux du ciel, traduit par Jean-Claude Mallé, Bragelonne, 2013, ISBN 978-2-35294-664-9)

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier