FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dénominal de meuble.

Verbe Modifier

meubler \mœ.ble\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Garnir de meubles.
    • Cette pièce était meublée d’un petit lit de fer, muni de rideaux en calicot blanc, avec embrasses de cretonne rouge ; […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  2. (Absolument) Faire bon effet en tant que meuble.
    • Cette étoffe meuble bien.
  3. (Par extension) (Droit) Garnir de ce qui est nécessaire pour faire valoir un bien.
    • Meubler une usine de machines-outils
    • Meubler une ferme de bestiaux.
  4. (Familier) (Par extension) Garnir de biens.
    • Mais le couteau, plus étroit que la masse qui sert à en assurer la chute, offre l'apparence dérisoire d'un taille-crayons; mieux, d'un chicot tranchant qui meublerait à lui seul la mâchoire d'un requin. — (Georges Arnaud, Prisons 53, Paris : Éditions R. Julliard, 1953, p. 57)
    • Une cave qui est bien meublée de vins de différentes espèces.
  5. (Familier) (Figuré) Parler pour éviter le silence dans une conversation, ajouter des éléments superflus pour combler un vide dans un scénario, un spectacle, un discours.
    • Il passait l’essentiel de son temps à lui faire la conversation pour meubler l’attente. — (Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, Albin Michel, Paris, 2013, page 86)
    • Ce qui est certain, c’est que le temps est long, dans ces conditions, et nous pousse à le meubler d’agissements qui, comment dire, qui peuvent à première vue paraître raisonnables, mais dont nous avons l’habitude. — (Samuel Beckett, En attendant Godot, Les Éditions de Minuit, 1952, acte II, page 104)
    • Meubler la conversation.
    • On sent que les auteurs de la série ont eu besoin de meubler un peu pendant cette saison, ça aurait pu être beaucoup plus court !
  6. (Pronominal) Acquérir des meubles, s’installer, en parlant des personnes.
    • Être bien, être mal meublé.

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

ParonymesModifier

RéférencesModifier