Voir aussi : Minbar

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1931) De l’arabe منبر minbar (sens identique).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
minbar minbars
\min.baʁ\
 
Minbar de la mosquée du sultan An-Nâsir Muhammad ben Qala’ûn dans la citadelle du Caire (1318).

minbar \min.baʁ\ masculin

  1. Escabeau servant de chaire, usuellement placé près du mihrab d’où l’imam ou le mollah fait son sermon (khutba) lors de la prière du vendredi (jumu’ah) dans une mosquée.
    • Ça me plaisait pas. J’imaginais mal des types au bar et au minbar en même temps. C’était pas sunnite. Des truands notoires en kamis de mollah, ça ne me disait rien de bon. — (Yasmina Khadra, Morituri, éditions Baleine, 1997, page 106)
    • Les minbars sont des chaires religieuses sur roues décorées de marches en bois à partir desquelles l’imam adresse le prêche du vendredi. — (Michael Kimmelman, Restauration d’un trésor de l’art islamique au Maroc, traduction de Mohamed Othman Benjelloun, dans Horizons maghrébins - Le droit à la mémoire, n° 39, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 1999, page 21)
    • Après trois ans de règne sans partage sur la mosquée Zitouna de l’imam déchu Houcine Labidi, Othman Battickh, l’actuel ministre des affaires religieuses et ancien imam de la grande Mosquée, prononcera le prêche de ce vendredi. Le nouvel imam désigné, Mohamed Cherif devra patienter encore une semaine pour monter sur le minbar. — (Othman Battickh retrouve le minbar de la Zitouna, espacemanager.com, 1er avril 2015)

VariantesModifier

TraductionsModifier