minoterie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1842) Dérivé de minotier avec le suffixe -erie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
minoterie minoteries
\mi.nɔt.ʁi\

minoterie \mi.nɔt.ʁi\ féminin

  1. Industrie de la mouture des grains et de la fabrication des farines.
    • Quand il prenait les trains de nuit, il arrivait à Pont-Château à l’heure où le soleil se lève : sur la place, en face de la gare des marchandises, se dressait comme autrefois le grand bâtiment de la minoterie avec son inscription : MOULINS À CYLINDRES ET À PLANSICHTER, jamais Antoine n’était retourné à Pont-Château ; qui l’aurait reconnu dans son pays natal ? — (Paul Nizan, Antoine Bloyé, Grasset, 1933, page 221)
  2. (Industrie) Établissement où se pratique cette industrie.
    • Les blés durs sont cultivés dans les pays chauds, en Sicile, dans le sud de la Russie, en Algérie et en Asie. Ces grains sont lourds, durs, cassant sous la dent, d’un aspect corné, translucide dans toute leur longueur. Ces blés contiennent peu ou pas de farine blanche. Ils sont très riches en gluten. Les minoteries les réduisent en semoule et ils servent à la fabrication des pâtes alimentaires.— (Léon Arnou, Manuel de l'épicier, 1904, p.1)

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  minoterie figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : farine.

TraductionsModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • minoterie sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier