FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin classique moderari (« réguler, restreindre, modérer »), dérivé d'une racine *moder / modes qu'on retrouve dans modestus (« modeste »), dérivée de modus (« mode, moyen »).

Verbe Modifier

modérer \mɔ.de.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Diminuer ; adoucir ; tempérer ; rendre moins violent ; tenir dans de justes limites.
    • Celui qui veut vendre un cheval atteint d’épilepsie n’en peut pas dissimuler les accès à son gré à moins qu’il ne puisse les retarder ou les modérer par la vertu de substances médicamenteuses : le bromure de potassium par exemple […] — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Le temps se modère un peu; la mer toujours affreuse ; le navire se comporte toujours très-bien, la mâture ne bouge pas quoique le navire tangue beaucoup […] — (« Les Feux flottants », dans le Magasin pittoresque, vol. 36, 1868, p. 118)
  2. (Figuré) Réguler, maîtriser, restreindre.
    • Modérer sa colère, ses passions, ses désirs, son ambition, son ardeur.
    • Modérer ses prétentions.
    • Modérer le zèle de quelqu’un.
    • Peu de gens savent se modérer dans la bonne fortune.
    • Il a su se modérer dans les occasions les plus difficiles.
  3. Dans un débat, tempérer l’ardeur des intervenants.
  4. Sur le net, décider si un commentaire, une intervention dans un clavardage, blogue, forum, etc., s’affichera, ou pas.
    • J’ai décidé de modérer les commentaires de mon blog [sic : blogue].

SynonymesModifier

(2)

AntonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier