Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dérivé de mollet avec le suffixe -ière.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
molletière molletières
\mɔl.tjɛʁ\

molletière \mɔl.tjɛʁ\ féminin

  1. Guêtre de cuir ou d’étoffe qui recouvre la jambe depuis le bas jusqu’en dessous du genou.
    • Vingt-six à vingt-sept ans, de taille moyenne, […], il a moustache rousse retombant à la gauloise. Il portait des molletières et une blouse de chasse, serrée à la ceinture. — (Jules Mary, La Pocharde, 1898, chap. 1, Paris : chez H. Geoffroy, 1904-1905, p. 7)
    • Il allongeait sa jambe, sèche comme un échalas, qui flottait dans une molletière trop large et sans couleur, pour montrer fièrement sa chaussure. — (François Barberousse, L'Homme sec, Paris : Gallimard, 1935 & Romorantin : Marivole Éditions, 2013, chap. 7)
    • La barbe de l'homme pointait, la bouche ouverte découvrait des dents gâtées, il s'était étalé, la tunique déboutonnée, et avait posé une de ses jambes, revêtue d'une molletière en cuir, sur le siège en face de lui, le talon calé sans gêne sur le ventre de la femme. — (Sándor Márai, Les Étrangers, traduit du hongrois par Catherine Fay, Paris : Albin Michel, 2014, livre 1, chap. 1)

TraductionsModifier

Forme d’adjectif Modifier

molletière féminin

  1. Féminin singulier de molletier.
  2. (En particulier) (Plus courant) Qualifie des bandes de tissu dont on entourait les mollets.
    • Nous sautons et ressautons un ruisseau qui s'empêtre dans nos jambes comme une bande molletière défaite. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • J’enfilai un vieux costume et gagnai le fort d’Ivry, muni de mon masque à gaz et d’une musette.
      Habillé de bric et de broc, j’avais dû garder mon pantalon civil sur lequel j’avais enroulé des bandes molletières réglementaires. Casqué, armé d’un vieux fusil Gras, doté de cinquante cartouches, je pris place dans un autobus
      — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, pages 300-301.)
    • Le troisième jour, des fourragères déversèrent au milieu de la cour des chaussures, des pantalons, des vareuses, des capotes, des ceinturons, des bidons, des bandes molletières — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 301.)

RéférencesModifier