monopole de la violence physique légitime

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Composé de monopole, violence, physique et légitime, calque de l’allemand Monopol legitimer physischer Gewaltsamkeit, concept forgé par le sociologue allemand Max Weber.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
monopole de la violence physique légitime monopoles de la violence physique légitime
\mɔ.nɔ.pɔl də la vjɔ.lɑ̃s fi.sik le.ʒi.tim\

monopole de la violence physique légitime \mɔ.nɔ.pɔl də la vjɔ.lɑ̃s fi.zik le.ʒi.tim\ masculin, généralement singulier

  1. (Sociologie) (Droit) (Politique) Monopole de la violence : caractéristique de l’État comme étant le seul à bénéficier du droit de mettre en œuvre la violence physique sur son territoire.
    • Au début du vingtième siècle, le sociologue Max Weber définissait l’État comme le détenteur du monopole de la violence physique légitime. Il sous-entendait par là que seul l’État est habilité à recourir de manière justifiée à la force pour contraindre les populations gouvernées à obéir (cette contrainte étant justifiée par le recours à la tradition, par le charisme du leader et par l’application des lois). — (Qui détient aujourd’hui le monopole de la violence physique légitime en France? sur www.huffpostmaghreb.com, 05 décembre 2018)

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

→ voir monopole de la violence

PrononciationModifier

  • France (Vosges) : écouter « monopole de la violence physique légitime [Prononciation ?] »

Voir aussiModifier