morphinomanie

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Mot composé de morphinomane et -ie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
morphinomanie morphinomanies
\mɔʁ.fi.nɔ.ma.ni\

morphinomanie \mɔʁ.fi.nɔ.ma.ni\ féminin

  1. Dépendance à la morphine.
    • À partir de 1850, une utilisation massive de la morphine contre la douleur, sous sa forme injectable sur les champs de bataille (guerre de Sécession aux États-Unis, guerre de Crimée en Russie, guerre austro-prussienne, guerre franco-allemande de 1870 en Europe…) notamment pour les amputations qu’elle rend supportables, va être à l’origine de ce que l’on appela alors la « maladie du soldat » puis morphinisme et enfin morphinomanie.
    • Il n'est pas d'usage de guérir la morphinomanie des ataxiques. Le retour des douleurs térébrantes qu’ils endurent rendrait la suppression trop aléatoire, trop éphémère. Quand un de ces malades vient le trouver, Sollier lui-même, le grand vainqueur des intoxications chroniques, hoche la tête, fait la moue et trouve une bonne raison pour « remettre ce petit traitement-là ». Mais il arrive que le poison, pris en trop grande quantité, ne soulage plus et alors les patients supportent le double poids de la drogue et du tabès. — (Léon Daudet, Souvenirs littéraires – Devant la douleur, Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, page 160)

SynonymesModifier

HyperonymesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier