FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin mortalis.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin mortel
\mɔʁ.tɛl\
mortels
\mɔʁ.tɛl\
Féminin mortelle
\mɔʁ.tɛl\
mortelles
\mɔʁ.tɛl\

mortel \mɔʁ.tɛl\

  1. Qui est sujet à la mort, par opposition à l’immortalité ou à la divinité.
    • Tous les hommes sont mortels.
    • Cette vie mortelle est pleine de misères.
  2. Qui cause la mort ; qui paraît devoir la causer.
    • Le balayage est impitoyablement proscrit, les poussières pouvant être mortelles pour les vers à soie. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Dans l’espace, de graves dangers nous guettent, parmi lesquels : micrométéorites, radiations cosmiques mortelles et vieillissement accéléré en apesanteur. — (Louis Dubé, Tourisme interstellaire envahissant, dans Le Québec sceptique, n°70, automne 2009, page 33)
  3. (Par hyperbole) Qualifie une émotion très vive, très forte.
    • Frapper aux portes était d’un ennui mortel, et il aurait aimé entrer au chaud. Les gens n’avaient pas grand-chose de valable à raconter. — (Camilla Läckberg, trad. Lena Grumbach et Catherine Marcus, Le Tailleur de pierre, Actes Sud, 2009 (1re éd. 2005), page 106)
  4. (Par hyperbole) Qualifie un ennemi que l’on hait profondément, et le sentiment de haine que l’on a à son encontre.
    • En passant au large d’El-Kçar, nous vîmes au flanc des montagnes des Ahl Serif le camp de Raïssouli, qui mettait à la raison les derniers partisans de son ennemi mortel le caïd Er-Remiki. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, page 241)
  5. (Religion, Théologie) Qualifie une forme de péché qui fait perdre la grâce de Dieu et qui donne une sorte de mort à l’âme.
  6. (Familier) Ennuyeux à mourir.
  7. (Populaire) Cool ; génial.
    • Chuis avec Tiphaine, c’est ma meuf, tu vois, putain de ta race, j’l’ai dans l’bide, c plus fort que moi, j’la kiffe trop, elle est trop mortelle. Putain qu’est-ce qu’elle est bonne. — (Philippe Govart, Bondues sans confession : Chronique meurtrière d’un amour perdu, Villeneuve-d’Ascq : Éditions Ravet-Anceau, 2009)
    • Les deux feujs accostent Manuela et Naomie, deux bombes noires et mortelles qui tapinent au bord de la route. — (Johann Zarca, Le Boss de Boulogne, Don Quichotte éditions, 2014)

SynonymesModifier

Qui cause la mort

AntonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
mortel mortels
\mɔʁ.tɛl\

mortel \mɔʁ.tɛl\ masculin (pour une femme, on dit : mortelle)

  1. Être humain comme sujet à la mort, par opposition au Dieu, aux immortels.
    • Hélas ! il n’y a plus de paradis sur la terre. Ce lieu était peuplé de maringoins, que le bon Dieu a créés, je pense, pour exercer la patience des mortels […] ils ne nous laissèrent pas un moment de repos. — (« Lettre du R. P. Lejacq, de la Congrégation des Oblats de Marie-Immaculée, à Mgr d’Herbomez, vicaire apostolique de la Colombie britannique », 12 septembre 1869, dans les Annales de la propagation de la foi, volume 42, Lyon, 1870, page 444)
    • Et comme je lui répondais que j’aimais une mortelle, boudeuse et dépitée, elle pleura quelques larmes, poussa un éclat de rire, et s’évanouit en giboulées […] — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Pendant que Rébecca parlait ainsi, sa ferme résolution, qui s’alliait si bien avec la beauté expressive de son visage, prêta à ses traits, à son maintien, une dignité qui l’élevait au-dessus d’une mortelle. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Un malentendu existe entre lui et les simples mortels. […] Il arbore superbement un scepticisme, un snobisme de décadence qui leur reste inaccessible et fermé. — (Anatole Claveau, « Le Tout-Paris », dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e édition, page 31)
    • Elle pensait que la nature se devait d’être grandiose, une présence suffisamment majestueuse pour faire trembler dans leurs bottes les simples mortels. — (Lisa Gardner, Disparue, traduit de l’américain par Cécile Deniard, Éditions Albin Michel, 2008, chapitre 10)
  2. (Au pluriel) L’espèce humaine, l’humanité.

AntonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • mortel sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin mortalis.

Adjectif Modifier

mortel \Prononciation ?\ masculin ou masculin et féminin identiques

  1. Mortel, qui tue.
  2. Mortel, qui est susceptible de mourir, qui finit par la mort.
    • en cest mortel vie — (Ph. de Thaon, Livre des Creatures, page 45, édition de Thomas Wright)
  3. (Christianisme) Mortel.
    • Quant li remembre del glorios del ciel,
      Que d’ome ocire est trop mortels pechiez.
      — (Le Couronnement de Louis, édition de Langlois, vers 126-7, circa 1135)

VariantesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

SuédoisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

Commun Indéfini Défini
Singulier mortel morteln
Pluriel mortlar mortlarna

mortel \Prononciation ?\ commun

  1. (Cuisine) Mortier (ustensile de cuisine).

Apparentés étymologiquesModifier