Voir aussi : moussé, Moussé

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) Provient probablement à la fois du vieux-francique *mosa (« mousse », la plante, sens 1.1) latinisé en mossa, et du latin mulsa (« hydromel »), qui aurait été utilisé pour désigner la plante métaphoriquement.
(Nom commun 2) Emprunté soit à l’espagnol mozo (« garçonnet, jeune homme puis apprenti marin ») soit au catalan mosso (« jeune homme puis apprenti marin »), lui-même emprunté à l’espagnol mozo. Le mot mozo vient du latin muttiu (« émoussé »), car on rasait la tête des garçonnets et des jeunes gens.
(Nom commun 3) Du gaulois *mudia (« excrément », « souillure ») soit du breton mous (« tas d’ordures »)[1], ou mouez (« puanteur »).
(Adjectif) Du latin mutius (« tronqué ») qui dérive du radical utt- (« motte »).

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
mousse mousses
\mus\
 
De la mousse. (1)
 
La mousse d’un cappucino. (2)
 
Des bouchons en mousse pour les oreilles. (3)
 
Une mousse. (6)

mousse \mus\ féminin

  1. (Botanique) Plante rase des lieux humides formant des tapis spongieux composés de plusieurs individus.
    • Les pauvres, dans quelques contrées de la France, font des sommiers de mousse qui ont plusieurs avantages sur les paillasses. Les souris, les puces et les punaises n’y séjournent pas comme dans la paille. On choisit la mousse la plus douce, la plus longue, au mois d’août et de septembre ; on la fait sécher à l’ombre ; on la bat sur des claies pour en détacher toute la terre.— (François-Joseph Cazin, Traité pratique et raisonné de l’emploi des plantes médicinales indigènes, 1850, p.297)
    • Il ne devait d’abord décrire que les Mousses rapportées du Mexique par MM. Bourgeau et Hahn, mais il a pensé ensuite qu’il serait utile de porter son attention sur l’ensemble de la flore bryologique de cette vaste partie de l’Amérique. Il a été conduit ainsi à étudier 36o espèces de Mousses mexicaines, parmi lesquelles un grand nombre étaient inédites, quoique reconnues nouvelles par M. Schimper, qui les possédait dans son herbier, ou ont été nommées et décrites, pour la première fois, par M. Bescherelle lui-même.— (Revue des sociétés savantes, 1873, p.26)
    • En 1873, le bryologue RENAUD publiait, en collaboration avec D. LALOY, un excellent Catalogue des plantes phanérogames et des Mousses observées jusqu’à cette époque dans le département de la Haute-Saône […] — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 2)
    • Cycle et sexualité chez les Mousses.— (Émile Guyénot, L’Hérédité, Paris, Doin et Cie, 1942, p.564)
    • La mousse Tortula prolifère abondamment, formant un tapis noirâtre qui recouvre le sable sur des superficies souvent impressionnantes ; cette mousse, adaptée à l’aridité sévère de la dune, présente le curieux phénomène de reviviscence.— (Jean-Marie Pelt, La Vie sociale des plantes, 1984)
    • À moins que la pierre calcaire, facilement friable, ne soit expressément choisie pour sculpter ses lanternes, non pas tant pour y graver des motifs que pour permettre aux mousses d’y accrocher les minces rhizoïdes qui leur tient lieu de racine, et déposer un peu de naturel sur ces pierres ouvragées (…).— (Véronique Brindeau, Louange des mousses, 2012, page 15-16)
    • Pour la biosurveillance des retombées métalliques, les mousses sont utilisées en raison de leur forte capacité d’accumulation des métaux. — (Catherine Rausch de Traubenberg, Laurence Galsomiès, Yann Martinet, Pollution atmosphérique par les métaux en France : Dix ans de biosurveillance des retombées, 2012, page 91)
    • L’humidité, qui recouvrait de mousse toute chose, encerclait les branches de plantes grimpantes, emplumait les crevasses et les fourches audessus de ma tête ; l’écorce tombant par plaques, hirsute sous le lichen, habillait les troncs comme du métal vert-de-grisé, emplissait le sousbois incliné d’une lumière théâtrale, gris-vert.— (Patrick Leigh Fermor, Entre fleuve et forêt: Du moyen Danube aux Portes de Fer (Dans la nuit et le vent t. 2), 2014)
    • Il existe des mousses aquatiques qui présentent comme certaines de leurs cousines terrestres la capacité de reviviscence, c’est-à-dire qu’elles peuvent supporter de longues périodes au sec (en période de basses eaux) à l’état de vie ralentie et retrouver forme et couleur quand l’eau revient.— (Boris Presseq, Algues, mousses, plantes flottantes... qu’est-ce qui pousse dans l’eau à Toulouse ?, Muséum de Toulouse, 24 août 2017)
  2. (Figuré) Amas serré de bulles qui se forme à la surface d’un liquide.
    • Un cantinier qui se rase sur l’accotement, sa glace pendue à un cerisier, attend avec nervosité, la figure débordant de mousse, que nous ayons fini de faire trembler la route. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Les larves ne sont visibles qu’en retirant cette mousse, mais les «crachats de coucou» eux-mêmes sont très visibles au printemps sur les plantes attaquées.— (Vincent Albouy, Guide des petites bêtes des villes et des jardins, mars 2013, page 26)
  3. (Par extension) Polymère solidifié sous la forme de micro-bulles, à la consistance spongieuse et élastique.
    • Découvrons comment le sketch d’une marionnette en mousse est devenu un immense tube éternellement lié à Patrick Sébastien.— (Fabien Lecoeuvre, Le petit Lecoeuvre illustré: Dictionnaire. Histoire des chansons de A à Z, novembre 2013)
    1. (Construction) Matériau alvéolaire.
  4. (Cuisine) (Par extension) Dessert, plein de bulles, en général au chocolat.
    • Sorbet, gâteau au chocolat, tarte au pommes, crème caramel, mousse au chocolat. Je vous récite la litanie mais il n’y a qu’un dessert qui compte : nos îles flottantes. — (Paul Emond, Les îles flottantes : théâtre, Éditions Lansman, 2005, page 51)
  5. (Physique) (Chimie) Forme donnée à certain composant pour augmenter sa surface de contact.
    • De la mousse de platine dans les pots d’échappement pour améliorer le pouvoir catalytique du platine
  6. (Par métonymie) (Familier) Bière.
    • « Une bonne mousse bien fraîche, sans faux-col » est un oxymore.

SynonymesModifier

Amas de bulles (2) :
Bière (6) :

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   mousse figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : boisson.

Proverbes et phrases toutes faitesModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
mousse mousses
\mus\

mousse \mus\ masculin

 
Un mousse. (1)
  1. Jeune marin.
    • Les mousses, en raison de leur gymnastique particulière, ont aussi les bras et les muscles pectoraux très-gros. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Jean Donnard allait répondre, quand les sept marins et le mousse, qui formaient le reste de son équipage, apparurent sur la cale, portant leurs capotes de toile cirée et leurs paniers d’osier. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes)
    • Les mousses sont souvent les souffre-douleur de l’équipage. Tel maître a l’habitude de soulever, longtemps, par les deux oreilles un moussaillon terrifié ; un mousse est attaché plusieurs heures par les pieds et les mains au grand mât […]. — (Étienne Dupont, Le vieux Saint-Malo - Les Corsaires chez eux, p.75, éd. Honoré Champion, 1925)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 3Modifier

Singulier Pluriel
mousse mousses
\mus\

mousse \mus\ masculin

  1. (Vieilli) (Argot) Excrément.

DérivésModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
mousse mousses
\mus\

mousse \mus\ masculin et féminin identiques

  1. (Vieilli) Qui est émoussé, qui a perdu son tranchant, en parlant d’une lame.
    • Pour compléter la nomenclature exacte de nos articles de voyage, je noterai une pharmacie portative contenant des ciseaux à lames mousses, des attelles pour fracture, une pièce de ruban en fil écru, des bandes et compresses, du sparadrap [...]. — (Jules Verne, Voyage au centre de la Terre, ch. 11, 1867)
    • Petit instrument, dit Nicot, ayant le manche de la longueur de trois doigts et d’un pouce d’épaisseur et le fer sortant du manche de la longueur de deux doigts, ayant le tranchant et la pointe toute mousse.— (Camille Pagé, La coutellerie depuis l'origine jusqu'à nos jours : la fabrication ancienne & moderne. La coutellerie étrangère, 1896-1904)
    • Aujourd’hui encore, je ne puis écrire le mot SUICIDE sans revoir le radjah dans son décor de flammes : il y a l’S dont la forme autant que le sifflement me rappelle, non seulement la torsion du corps près de tomber, mais la sinusoïdalité de la lame ; UI, qui vibre curieusement et s’insinue, si l’on peut dire, comme le fusement du feu ou les angles à peine mousses d’un éclair congelé, CIDE, qui intervient enfin pour tout conclure, avec son goût acide impliquant quelques chose d’incisif et d’aiguisé. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 29)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe mousser
Indicatif Présent je mousse
il/elle/on mousse
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je mousse
qu’il/elle/on mousse
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
mousse

mousse \mus\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de mousser.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de mousser.
    • Elle fermente, mousse, écume entre les rochers touffus d’herbe et porte par vent, par offrande, par éclats de cristaux de glace, le goût du dieu délicieux dont le feu désassoiffe l’âme. — (Jean Burgos, Jean-Claude Renard ou Les secrets de la chimère, 1992, page 93)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de mousser.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de mousser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de mousser.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  L’entrée en français a été sélectionnée comme bonne entrée représentative d’une qualité standard pour le Wiktionnaire.
Vous pouvez consulter la page de discussion, la page Wiktionnaire:Évaluation ou la liste des bonnes entrées.

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Voir mousse (« émoussé »).

Adjectif Modifier

mousse \Prononciation ?\ masculin et féminin identiques

  1. Émoussé.
    • petites pointes mousses.
  2. Inerte, sans force.
    • un mousse remede.
  3. Bas.
    • a voix mousse.

VariantesModifier

SynonymesModifier

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

Nom commun Modifier

mousse \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de moge.

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

mousse \muːs\ (pluriel : mousses)

  1. Mousse en tant que crème de cuisine.
  2. Mousse pour fixer les cheveux.

FinnoisModifier

ÉtymologieModifier

Du français.

Nom commun Modifier

mousse

  1. (Cuisine) Mousse.
    • Suklaamousse.
      Mousse au chocolat.

PrononciationModifier

Pas de prononciation établie

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TourangeauModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

mousse \Prononciation ?\ féminin

  1. (Sens inconnu) ….

RéférencesModifier