négociation

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin negotiatio.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
négociation négociations
\ne.gɔ.sja.sjɔ̃\

négociation \ne.ɡɔ.sja.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de négocier les grandes affaires publiques.
    • Il paroît que les négociations entre le saint Siége [sic] et le roi des Pays-Bas, pour parvenir à un Concordat, vont se suivre. On a parle de l’arrivée de Mgr. Nazali, nonce en Suisse, à Bruxelles. — (L’Ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, n° 964,‎ 5 novembre 1823, page 397)
    • Deux jours plus tard, la défaite est consommée avec la formation du gouvernement Pétain, décidé à demander l’armistice au plus tôt. Le 25 juin, après trois jours de négociations et de menaces, les Allemands imposent leurs conditions. — (Vincent Joly, Le Soudan français de 1939 à 1945 : une colonie dans la guerre, Karthala éditions, 2006, p. 45)
    • Une négociation c’est toujours la même chose, que l’on négocie des abricots, des calissons d’Aix, des téléphones portables ou des fusées Ariane, la négociation est un univers autonome qui obéit à ses propres lois, un univers à jamais inaccessible aux non-négociateurs. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 31.)
  2. Affaire même qu’on traite et qu’on négocie.
    • Il a une négociation difficile, délicate, importante entre les mains.
  3. (Par extension) Les mêmes choses, en parlant des affaires privées.
    • Vous voulez que je m’occupe de ce mariage : vous me chargez là d’une négociation difficile.
  4. (Bourse) Transmission de la propriété d’une valeur ou d’un effet, soit par l’intermédiaire d’un agent de change ou d’un courtier, soit par contrat direct.
    • La négociation d’un billet, d’une lettre de change.

AbréviationsModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier