Étymologie

modifier
Locution composée de nœud et de gordien

Locution nominale

modifier
Singulier Pluriel
nœud gordien nœuds gordiens
\nø gɔʁ.djɛ̃\

nœud gordien \nø ɡɔʁ.djɛ̃\ masculin singulier

  1. Nœud légendaire qui liait le timon du char du roi Gordias. Il était dit que quiconque parviendrait à le dénouer deviendrait, selon une prophétie, le maître de l’Asie ; ce qu’accomplit Alexandre le Grand en le tranchant d’un coup d’épée.
  2. (Par extension) Nœud compliqué.
    • Ma grand-mère avait adopté un vêtement que je n’ai vu qu’à elle, et qu’elle a porté toute sa vie. En voici la description : […] un ruban posé à plat sur le bonnet, formant une sorte de nœud gordien un peu au-dessus du front — (Hippolyte de Villemessant, Mémoires d'un journaliste, tome 1, 1867)
  3. (Sens figuré) (Par extension) Problème inextricable, qui ne peut être résolu que par une action brutale.
    • Ainsi, je puis retirer ma tête des nœuds gordiens de ta politique, pour la donner au nœud coulant de ma cravate. — (Honoré de Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes, 1838-1847, troisième partie)
    • L’homme le plus habile peut-être à former de ces nœuds gordiens politiques que le temps, aidé de la raison, peut seul dénouer. — (Saint-Just)
    • Voici deux notions, le cerveau et l’esprit, liées en un nœud gordien indénouable, autour duquel tournent les visions du monde, de l’homme, de la connaissance, et que l’on ne peut trancher que par un coup d’épée barbare. — (Edgar Morin, La Méthode I, Seuil, 2008, page 1246)

Dérivés

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier