Voir aussi : nátěr

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1344) De nate (1050), ancienne orthographe de natte.

Verbe Modifier

nater \na.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Désuet) Variante de natter.
    • Certains de pouvoir approcher sans éveiller personne, ils pénètrent aisément par une porte, sans verroux, dont ils sont les maîtres ; munis de quelques aunes de ruban de faveur, ils natent, (usant d’autant d’adresse que de promptitude) de droite et de gauche, en deux tresses bien serrées, la longue barbe du Révérend père avec des crocs épais qui décorent la motte de leur luxurieuse ennemie. — (André-Robert Andréa de Nerciat, Le Diable au corps, 1803)

AnagrammesModifier

Modifier la liste d’anagrammes

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin natare (« nager »).

Verbe Modifier

nater \Prononciation ?\ intransitif

  1. Nager.
    • A toi obéist la grandesce de lo ciel, et toutes les chozes qui sont sur terre, et toutes les chozes qui volent par l’air, et toutes les chozes qui natent en l’aigue.— (Aimé du Mont-Cassin, Ystoire de li Normant, 1308 (traduit du latin))

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

RéférencesModifier

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français nater (« nager ») issu du latin natare (« nager »).

Verbe Modifier

nater \Prononciation ?\ intransitif

  1. Naviguer, flotter, nager.
    • Abrigés vous, et sans demeure
      Alons monter sur la naville.
      Elle est preste et est ja en l’isle
      Ou nous devons prandre a nater.
      J’ay ja du passaige accorder :
      Cent solz en avra le pastron.
      — (Le Livre et mistere du glorieux seigneur et martir saint Adrien, 1450-1485)

DérivésModifier

RéférencesModifier