Français modifier

Étymologie modifier

(Date à préciser) Emprunté au latin naturalitas (« caractère de ce qui est naturel »).

Nom commun modifier

Singulier Pluriel
naturalité naturalités
\na.ty.ʁa.li.te\

naturalité \na.ty.ʁa.li.te\ féminin

  1. (Philosophie) Caractère de ce qui est à l’état de nature, qui n’a pas été conçu ou travaillé par la main humaine.
    • Dans cette sphère domine la contradiction de la liberté et de la servitude car d’un côté l’âme est encore attachée à sa substantialité elle est conditionnée par sa naturalité pendant que de l’autre côté elle commence à s’affranchir de sa substance de sa naturalité et s’élève ainsi à une sphère intermédiaire entre sa vie naturelle immédiate et la conscience objective et libre.— (Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Philosophie de l’esprit, volume 1, traduction de Augusto Vera, Germer-Baillière éditeurs, 1867, page 272)
  2. (Écologie) Caractère sauvage d’un paysage ou d’un milieu naturel.
    • Le degré d’altération des forêts se traduit évidemment par une baisse générale de naturalité parmi les populations animales, dont certaines ne sont plus viables (Grand Tétras, Gélinotte, gros coléoptères xylophages entre autres). — (Jeanne Bourret, « Forêts », Les Dossiers de l’environnement de l’INRA no 15, page 73, INRA, 1997)
    • Nous pouvons suivre Ratcliffe (1977) qui associe la naturalité à l’ancienneté de l’écosystème et à l’absence de signes de perturbation due à l’homme. — (Jacques Lecomte, La Nature, singulière ou plurielle ? Connaître pour protéger, page 19, INRA, 2006)
    • Changer notre regard sur les forêts et œuvrer en faveur de leur naturalité évitera leur dégradation au niveau planétaire et des conséquences dramatiques dans tous les domaines, économique et politique, écologique, social et culturel.— (Francis Hallé « Il y a urgence à reconstruire de grandes forêts primaires », Le Monde, 7 octobre 2019)
  3. (Droit) (Vieilli) Qualité de celui ou de celle qui devient ressortissant d’une nation, qui bénéficie d’une naturalisation ; nationalité.
    • Toutefois cette faveur n’était accordée qu’aux étrangers catholiques ; car la catholicité était une question préalable, que l’on examinait avant d’accorder la naturalité. — (Carlos Calvo, Le Droit international théorique et pratique, page 77, A. Rousseau, 1896)
    • Nous avons découvert une autre copie, très voisine de la précédente, dans un manuscrit de la Bibliothèque nationale rassemblant notamment cinq pièces relatives à la naturalité du Cardinal : […]. — (Madeleine Laurain-Portemer, Une tête à gouverner quatre empires, chez l’auteur, 1981, page 21)
    • Tu seras madame Brunner de Marville, dit le père à sa fille, car j’obtiendrai pour ton mari la permission de joindre ce nom au sien, et plus tard il aura des lettres de naturalité. Si je deviens pair de France, il me succédera ! — (Honoré de Balzac, Le Cousin Pons, 1847, chapitre XXII, page 85 de l'édition Garnier)

Antonymes modifier

Dérivés modifier

Traductions modifier

Traductions à trier modifier

Prononciation modifier

Références modifier

Voir aussi modifier