Étymologie

modifier
(XVIIe siècle) Composé de nerf, de et bœuf. Le sens 3 est celui donné dans le Dictionnaire de l’Académie française entre la première et la sixième édition. Le sens 2 apparaît ensuite, sans qu’il soit aisé de déterminer si la fabrication a changé ou si la pudeur a entrainé une modification de la définition[1].

Locution nominale

modifier
Singulier Pluriel
nerf de bœuf nerfs de bœuf
\nɛʁ də bø\
ou \nɛʁ də bœf\

nerf de bœuf \nɛʁ də bø\ ou \nɛʁ də bœf\ masculin

  1. (Génériquement) (Boucherie) Nerf pris sur un bœuf possédant des caractéristiques particulières de résistance, de flexibilité, d’élasticité.
    • C’est dans cette ville qu’on vient se procurer les flèches réputées les meilleures, ainsi que des arcs de cornes de bouc assouplies au feu. La corde est un nerf de bœuf. — (Sylvain Maréchal, Voyages de Pythagore en Égypte, dans la Chaldée, dans […], à Paris chez Deterville, 1799, page 259)
    1. (Spécifiquement) (Sellerie) Lacet servant à coudre le cuir.
      • Le nerf de Bœuf dont se servent les Selliers pour nerver & coller les arçons des selles, est la véritable & bonne façon […] — (M. de La Porterie, Institutions militaires pour la cavalerie et les dragons, à Paris chez Guillyn, 1754, page 49)
  2. (Par métonymie) Partie épaisse du ligament cervical et postérieur du bœuf, qu’on a fait sécher et dont on se sert comme canne ou comme matraque.
    • Si tu m’importunes davantage de tes sottes moralités, si tu me dis encore le moindre mot là-dessus, je vais appeler quelqu’un, demander un nerf de bœuf, te faire tenir par trois ou quatre, et te rouer de mille coups. — (Molière, Le Festin de pierre, ou l’Athée foudroyé, 1665, acte IV, scène 1)
    • Enfin, maître Talebard-Talebardon était debout sur le tabernacle, son long sifflet d’argent pendu au col, vêtu comme de coutume, ayant seulement un morion d’acier tout rouillé sur la tête; à son côté, un sabre large et court sans fourreau, à sa ceinture, une paire de pistolets à rouet, et à la main un assez long nerf de bœuf d’un pouce de diamètre qui paraissait aussi souple que dur. Ce nerf de bœuf, ce sabre et ces pistolets résumaient pour ainsi dire les trois degrés de pénalité qu’il devenait souvent nécessaire d’appliquer immédiatement aux chérubins et aux fils d’amour (selon l’heureuse expression de maître Talebard-Talebardon), qui composaient la chiourme. — (Eugène Sue, Histoire de la marine, 1835)
    • Il y avait chez le tenancier Roger, dans un coin de la salle, un nerf de bœuf dont il se servait pour frapper les filles. — (Yves Guyot, La Prostitution, 1882)
  3. (Archaïsme) Pénis du bœuf ou cerf qu’on a fait sécher et dont on se sert comme matraque.

Quasi-synonymes

modifier

Holonymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Références

modifier
  1. Grégoire Prudhon, « Canne végétale vs nerf de boeuf », Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton, 2010, consulté le 22 août 2021.