nourrisson

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIe siècle) Du latin nutritio (« nourriture, nutrition ») via son accusatif nutritionem, de nutrire (« nourrir »). Au début, norreçon, nuirceon (« éducation ») est un mot féminin[1][2] ; (1387) la nourrisson, est attesté au sens de « allaitement d’un enfant » : (XVIe siècle) nourriçon[3] prend son sens actuel. Il semble qu’il y ait eu l’influence du mot nourrice, ce qui explique le passage du "ç" au "ss", et celui du "e" au "i".

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
nourrisson nourrissons
\nu.ʁi.sɔ̃\

nourrisson \nu.ʁi.sɔ̃\ masculin

  1. (Puériculture) Enfant (garçon ou fille) qu’une femme nourrit de son lait.
    • — la présure ou labferment surtout abondante dans l’estomac du nourrisson provoque la coagulation du lait. — (Maurice Bariéty & Robert Bonniot, Sémiologie médicale, 2003, page 220)
    • Nous n’avons pas obtenu un seul cas de scorbut infantile avec cette marque spéciale de lait condensé et nous n’avons vu que rarement des nourrissons se rachitiser. — (Bulletin de la Société de pédiatrie de Paris, 1919, page 126)
    • Vous aviez été mon nourrisson, car votre mère était morte en vous mettant au monde. — (Alexandre Dumas, Les Deux Diane, 1847, chapitre 1)
    • L'âge moyen auquel les nourrissons de la région montréalaise font leurs nuits a été recherché et sa relation avec le mode d’allaitement au sein ou au biberon. — (Louise Séguin & Johanne Morel , Sommeil du nourrisson et mode d'allaitement, résumé, L'Union médicale du Canada, vol. 111, n° 11, 1982, p. 1005)
  2. (Sens figuré) (Soutenu) Élève.
    • Les nourrissons des muses, les poètes.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussiModifier

RéférencesModifier