FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin oblatus (« offert »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
oblat oblats
\ɔ.bla\
 
Un oblat. (4)

oblat \ɔ.bla\ masculin (pour une femme on dit : oblate)

  1. (Vieilli) Enfant donné par ses parents à quelque monastère pour y être élevé, ou bien personne qui se donnait elle-même, avec ses biens et parfois avec toute sa famille.
  2. (Vieilli) Soldat invalide que le roi confiait à un monastère.
  3. (Religion) Laïque qui participe, dans une certaine mesure, à la vie d’un ordre religieux.
    • Un oblat bénédictin (laïque séculier).
    • Il ne reste plus aujourd’hui dans les abbayes Cisterciennes que les pères, les frères lais ou convers, les oblats quand il y en a, et les paysans employés aux travaux des champs. — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)
    • Arrive Anne-Marie GAILLARD, oblate, la seule femme de la communauté de cinq personnes qui veillent, prient, forment le noyau de ce gîte de haute montagne spirituelle.— (Jean-Christophe Ploquin, « Au Grand Saint Bernard, l’accueil à haute altitude », La Croix, page 9, 10 août 2014)
  4. (Religion) Membre de certains ordres religieux, par exemple de Saint-Eugène de Mazenod.
    • Les oblats de l’Immaculée.
    • Oblat régulier d'un ordre monastique : religieux équivalent à un moine, mais moins engagé pour des raisons de santé le plus fréquemment.
    • Les oblats de saint François de Sales.
  5. (Religion) (pluriel) Le pain et le vin, c’est-à-dire la matière de l’eucharistie.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • oblat sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier