occupable

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1749)[1] Dérivé de occuper, avec le suffixe -able.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
occupable occupables
\ɔ.ky.pabl\

occupable \ɔ.ky.pabl\ masculin et féminin identiques

  1. (Didactique) Qui peut être occupé.
    • Deuxième ligne, plus étendue, plus séduisante, donnant de beaux terrains ; mais plus difficile à compléter et à garder ; moins promptement occupable et nécessitant de plus grandes dépenses. — (Émile Grand, Défense et occupation de la colonie d'Alger, 1837)
    • Cependant la comparaison n’était pas juste, parce que le papier de Law n’était hypothéqué que sur les succès à venir de la Compagnie des Indes, tandis que les assignats reposaient sur un capital territorial, réel et facilement occupable. — (Adolphe Thiers, Histoire de la révolution française, Volume 1, 1838)
    • Forfait:
      * Terrains de camping-caravaning situés le long de la Vallée de l’Ourthe :
      60 €/emplacement occupable pour les terrains de camping-caravaning dont les emplacements occupables hors installations et bâtiments communs totalisent au moins 40 % de la surface totale du terrain.
      — (Les taxes communales; Commune de La-Roche-en-Ardenne, Belgique, 2009)

AntonymesModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  1. « Faut-il le confondre avec l’espace qui est occupable, pénétrable, & indivisible, quoique divisible virtuellement ? » : Explication du flux et reflux, d’André François de Brancas-Villeneuve, chez Charles-Antoine Jombert, Paris, 1749, page 24.