FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Fin XIIe siècle) Du moyen français oie[1], de l’ancien français oe, oue, du bas latin auca, contraction de *avica[2], du latin avis (« oiseau »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
oie oies
\wa\
 
Une oie à bec court
 
Armoiries avec une oie (sens héraldique)

oie \wa\ féminin (pour le mâle on dit : jars)

  1. (Ornithologie) Oiseau palmipède aquatique, apparenté au canard mais plus gros et plus grand, vivant à l’état sauvage ou à l’état domestique.
    • Cette année-là, une épidémie s’étant abattue sur les phasianidés, Mme Lefur dut s’estimer heureuse de pouvoir remplacer par une oie sa dinde noëlesque. — (revue Lectures pour tous, Hachette et Cie, 1908, page 254)
    • Les oies dormaient sur une patte ; le bout de l’autre, fripé à dessein comme un gant, pendait négligemment de leur gousset. Et soudain les voilà qui clament, lançant leur cou et le ramenant en piston de trombone à coulisse, sans ensemble et sans mesure, car ce n’est qu’une répétition. — (Jean Giraudoux, Provinciales, Grasset, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 37)
    • On ouvrait une oie. On la vidait. On la désossait. On faisait fondre sa graisse. On faisait cuire le tout. Enfin, dans des pots de terre vernissée on enfouissait ces morceaux. On versait dessus la graisse chaude. Elle se figeait et l’oie se conservait, avec sa saveur, dans ce tombeau. — (Paul Guth, Le mariage du Naïf, 1957, réédition Le Livre de Poche, page 141)
  2. Femelle de cette espèce, le mâle étant le jars.
  3. (Canada) (Familier) Indistinctement, bernache du Canada (« outarde ») ou oie des neiges (« oie blanche »).
    • À la nuit tombée, il n'est pas donné à tous de distinguer avec certitude le cacardage d’une volée d’outardes de celui d’une volée d'oies blanches. — (Gérald Baril, Si près, si loin, les oies blanches, Montréal, XYZ, 2020, pages 179-180)
  4. (Figuré) Personne sotte.
    • C’est une vraie oie.
  5. (Héraldique) Meuble représentant l’animal du même nom dans les armoiries. Elle est généralement représentée passante sans aucun caractère particulier la distinguant du jars, ce qui peut induire une confusion. À rapprocher de canard, cane, canette, cygne et jars.
    • D’azur au pont d’or à trois arches maçonné de sable sommé d’une oie d’argent becquée et membrée d’or, qui est de Lapoutroie → voir illustration « armoiries avec une oie »

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Cri de l’animal

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe ouïr
Subjonctif Présent que j’oie
qu’il/elle/on oie
Imparfait que j’oie

oie \wa\

  1. Première personne du singulier du présent du subjonctif de ouïr.
  2. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de ouïr.

PrononciationModifier

  • \wa\
    • France (Paris) : écouter « une oie [y.n‿wa] »
    • Québec (Gaspésie) (Informel) : écouter « oie [wɛ] »
    • Paris (France) : écouter « oie [wa] »
    • France (Saint-Maurice-de-Beynost) : écouter « oie [wa] »
    • France (Toulouse) : écouter « oie [wa] »
  • France (Vosges) : écouter « oie [Prononciation ?] »
  • France (Lyon) : écouter « oie [Prononciation ?] »
  • France (Vosges) : écouter « oie [Prononciation ?] »

Voir aussiModifier

  • oie sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier