Ouvrir le menu principal

on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs

FrançaisModifier

Locution-phrase Modifier

on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs \ɔ̃ nə fɛ pa d‿ɔm.lɛt sɑ̃ ka.se de.z‿ø\

  1. Quand on veut faire une chose, il faut se résigner aux risques qu’elle comporte.
    • Personne, parmi ceux qui psalmodient qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, n’aime entendre qu’on peut aussi casser des œufs sans faire d’omelette et que, par ailleurs, il n’est jamais dénué d’intérêt de s’enquérir conjointement de l’identité de celui à qui appartiennent les œufs et de celui qui mangera l’omelette. — (Georges Guille-Escuret, L’anthropologie, à quoi bon ?, 1996)
    • V. Serge évoquait ce « réfractaire de naissance », à qui l’on disait : « On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs » et qui répliquait : « Je vois les oeufs cassés, où est votre omelette ? ». — (Jean-François Bacot, « Panaït Istrati : ou la conscience écorchée d’un vaincu », Moebius : Écritures / Littérature, n° 35, 1988, p. 95-114)
    • […] elle est comme mes deux agresseuses, mes deux souris de l’ascenseur, elle trouve qu’on fera pas d’omelette sans casser des œufs… qu’il faut ce qu’il faut ! forcément, ça tuera du monde ! — (Louis-Ferdinand Céline, Version B de “Féérie pour une autre fois”, Gallimard, Paris, 1993)

VariantesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier