ordonnance

Voir aussi : ordonnancé

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom commun 1) (1287) Dérivé de ordonner avec le suffixe -ance.
(Nom commun 2) (1752) Ellipse de la locution officier d’ordonnance.

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
ordonnance ordonnances
\ɔʁ.dɔ.nɑ̃s\

ordonnance \ɔʁ.dɔ.nɑ̃s\ féminin (parfois masculin au pluriel)

  1. Disposition des choses selon l’ordre, la convenance.
    • […], le narrateur, momentanément interrompu, n’en avait pas moins continué son récit, comprenant cette nécessité dans laquelle se trouve un maître de maison de suivre des yeux l’ordonnance de la fête qu’il donne, afin que rien ne manque de ce qui peut la rendre agréable aux convives invités. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Galatée vérifiait de la main l'ordonnance de sa coiffure. — (Pierre Louÿs; Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Le portail encadré dans une ordonnance de colonnes ioniques est surmonté d'un fronton, […] — (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
    • Depuis longtemps déjà j’étais soucieux de ma mise, attachant une importance presque maniaque à l’ordonnance de mon vêtement. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 183)
  2. Prescription, règlement fait par une ou plusieurs personnes qui ont droit et pouvoir de le faire.
    • La Chambre ordonne les poursuites. […]. Mais la justice n'est pas cruelle aux panamistes : le juge d'instruction Franqueville rend une ordonnance de non-lieu en faveur de Jules Roche, d'Emmanuel Arène et de Thévenet ; la Chambre des mises en accusation met hors de cause Rouvier, Devès, Albert Grévy et Léon Renault. — (Alexandre Zévaès, Histoire de la Troisième République 1870 à 1926, Éditions Georges-Anquetil, 1926, page 350)
    • En 1539, François ier promulgua l'ordonnance de Villers-Cotterêts. — (Anne-Marie Beaudouin-Bégin, La langue affranchie, se raccommoder avec l’évolution linguistique, Québec, Éditions Somme toute, 2017, page 51)
  3. (Droit) Décision judiciaire émanant d'une procédure de référé en France
  4. (Droit, Histoire) Règlement et acte qui était fait par le roi pour l’exécution des lois ou pour des objets d’administration qui ne doivent pas être la matière d’une loi.
    • En cas d'infraction aux lois réglementaires, les bénéficiers étaient condamnés par les archidiacres à aumôner de grosses sommes à la boete des pauvres, expression souvent employée dans les ordonnances des rois de France et les arrêts du parlement. — (Jacques-Paul Migne, Encyclopédie théologique, t.6, 1855, page 559)
    • Le Recueil authentique des anciennes ordonnances de Lorraine, par François de Neufchâteau (Nancy, C. S. Lamort. 1784. In-4°), mentionne, à la page 77, une ordonnance ducale du 27 octobre 1599, qui a dû être imprimée par Blaise Andréa. Elle porte défense aux papetiers de s'expatrier, et, à toutes personnes, d’exporter les drapeaux, frapouilles, drilles, etc. — (M. Beaupré, « Nouvelles recherches de bibliographie lorraine : 1550-1600 » dans les Mémoires de l'Académie de Stanislas, année 1853, Nancy : chez Grimblot & Veuve Brabois, 1854, note 1 page 285)
    • […], certainement il sera puni comme banqueroutier frauduleux, parce qu'il y a dans son fait un divertissement véritable, et que par cette raison il se trouve littéralement compris dans l'art. 10 du tit. II de l’ordonnance de 1673. — (Philippe Antoine Merlin, Répertoire universel et raisonnée de jurisprudence, vol.5, page 74, 1812)
    • Le pauvre n'est plus tout à fait l'image du Christ sur terre mais un profiteur sans vergogne et paresseux, dont la paresse est fortement combattue ; une ordonnance de 1351 de Jean II condamne les vagabonds qui refusent de poursuivre une activité salariée. — (Dominique Ancelet-Netter, La Dette, la dîme et le denier: Une analyse sémantique du vocabulaire économique et financier au Moyen Âge, Presses Univ. du Septentrion, 2010, page 82)
  5. (Législation) (France) Acte législatif pris par le gouvernement, sous habilitation du Parlement et ratifié par ce dernier.
    • Depuis le début des années 2000, la législation par ordonnances contribue pour une part très importante à la production législative. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)
    • Attendu qu’ayant souverainement estimé que la communication commerciale et la publicité via un site Internet n’entraient pas dans le champ de l’activité principale de Mme X., architecte, la cour d’appel n’a pu qu’en déduire que celle-ci bénéficiait du droit de rétractation prévu par l’article L. 121-21 du code de la consommation, dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance n° 2016-301 du 14 mars 2016 ; que le moyen n’est pas fondé ;[1]
  6. (Administration) Avis donné de payer une certaine somme, mandat de paiement.
    • Ordonnance de trois cents francs, de mille francs.
  7. Chose conforme à ce qui est prescrit.
    • Revolver d’ordonnance.
  8. (Médecine) Prescription d’un médecin, soit pour le régime à suivre, soit pour les remèdes à prendre.
    • A défaut de médecin j'emportai une petite pharmacie, c'était une précaution sage et elle me fut d'un grand secours. J'avais pris une ordonnance d'un jeune médecin de mes amis en cas d'attaque de vomito-négro : la prudence est la mère de sûreté. — (Anacharsis Brissot de Warville, Voyage au Guazacoalcos, aux Antilles et aux États-Unis, Paris : chez Arhus Bertrand, 1837, page 3)
    • Il me rassura immédiatement en me précisant que je n'avais qu'un problème de préservatif inadapté à mes attributs. […].
      Il me fit une ordonnance et me prescrivit une pommade adoucissante et des préservatifs
      king size. — (Bertrand Jeanne, Perle: Une fée kidnappée par Kadhafi, Société des Écrivains, 2014, page 62)
  9. (Médecine) (Par extension) Écrit par lequel le médecin ordonne quelque chose.
    • Porter l’ordonnance chez le pharmacien.
    • Les médicaments sont des arcanes, que pénètrent, après de longues années d’expérience, quelques véritables sorciers. La rédaction d’une ordonnance parfaite exige autant de génie que de bons sens. — (Léon Daudet, Souvenirs littéraires – Devant la douleur, Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, page 131)
    • Aucun des clients de M. Potain n’a pu oublier le souci extraordinaire avec lequel, son examen terminé, il posait les grandes lignes et les détails du traitement. Ce travail lui prenait quelquefois trois quarts d’heure, une heure de silence, d’immobilité complète, et contrastait singulièrement avec les ordonnances bâclées ou insouciantes des premiers parmi ses confrères. — (Léon Daudet, Souvenirs littéraires – Devant la douleur, Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, page 134)

DérivésModifier

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Ordonnance féminin

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
ordonnance ordonnances
\ɔʁ.dɔ.nɑ̃s\

ordonnance \ɔʁ.dɔ.nɑ̃s\ féminin

  1. (Militaire) Soldat attaché à la personne d’un officier pour l’entretien de ses effets, de ses armes et de son cheval.
    • Au quartier, à l’hôpital, il rencontra les mêmes faces fermées et dures, semblables à celle de son ordonnance, roidie, sortie de l’humanité. — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)

NotesModifier

  Ce mot féminin n’a pas de masculin correspondant, et il peut désigner des hommes.

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe ordonnancer
Indicatif Présent j’ordonnance
il/elle/on ordonnance
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que j’ordonnance
qu’il/elle/on ordonnance
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
ordonnance

ordonnance \ɔʁ.dɔ.nɑ̃s\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe ordonnancer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe ordonnancer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe ordonnancer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe ordonnancer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe ordonnancer.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier