FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du grec ancien ὀξύς, oxús (« acide ») et γένος, génos (« qui créé »).

Nom commun Modifier

 
L’oxigène (1) dans le tableau périodique des éléments.

oxigène \ɔk.si.ʒɛn\ masculin

  1. (Chimie) Ancienne variante orthographique de oxygène.
    • L’oxide puce de plomb, si par un choc vif or pouvait le dédissoudre, serait ramené à l’état d’oxide rouge sous la gazification de son oxigène dissolvant, et sous développement de lumière et de chaleur ; et l’oxide pourpre de mercure serait dans ce cas réduit sans que la température fût changée et comme l’est l’argent dissout par de l’oxigène, que Ritter a obtenu crystallisé. — (Huphry Davy, Elémens de philosophie chimique, volume 1, traduction de J. B. Van Mons, 1813, page 338)
    • Par conséquent, il faut concevoir que l’eau, le gaz carbonique résultent de la combinaison d’une plus ou moins grande quantité d’oxigène de l’acide nitrique, avec une certaine quantité d’hydrogène et de carbone de la substance animale ; que le gaz azote, l’oxide d'azote et l’acide nitreux proviennent de la décomposition de l’acide nitrique ; que les acides acétique, malique et oxalique ne sont que la substance animale elle-même désazotée et convenablement déshydrogénée et décarbonée ; que l’ammoniaque, s’il s’en forme, n’est due qu’aux principes de cette substance ; que l’acide prussique ou hydro-cyanique, dont la quantité est très-petite, a la même origine que celui qu’on recueille dans le traitement des substances végétales ; qu’il se forme une matière particulière qui s’unit intimement à l’acide nitrique, ou plutôt à l’acide hypo-nitreux, et donne naissance à un composé qui s’enflamme facilement et avec une sorte d’explosion. — (Louis-Jacques Thenard, Traité de chimie élémentaire, théorique et pratique, 1824)