pétiller

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1453) De pet et du suffixe -iller.

Verbe Modifier

pétiller \pe.ti.je\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Éclater avec un petit bruit réitéré et en sautant.
  2. (Par extension) Jeter une sorte d’éclat en faisant un léger bruit.
    • Le vin de Champagne pétille dans le verre.
  3. (Sens figuré) Être vif et étincelant.
    • Ses yeux pétillent.
  4. (Sens figuré) Manifester de l’ardeur, l’impatience, de la joie, etc.
    • Le sang lui pétille dans les veines. - Pétiller d’ardeur, d’impatience, de joie, etc.
  5. (Sens figuré) Pétiller de faire quelque-chose : avoir grand-envie de le faire, avec, dans la mine, dans le comportement, une influence de l'impatience de le faire.
    • Depuis que ces régiments de noblesse escadronnent à dix lieues d'ici, le baron pétillait de s'y joindre ; il gémissait de votre scrupule à le retenir. — (Stella Blandy, L'arrière-ban, chapitre II, dans Saint-Nicolas – journal illustré pour garçons et filles, 23 novembre 1893, Librairie Charles Delagrave, Paris, 1893, page 828)
    • À la droite de Georges, madame Bokanowski pétillait de converser. — (Roger Peyrefitte, Les juifs, deuxième partie, chapitre II ; Éditions Flammarion, Paris, 1965, page 103)
  6. (Sens figuré) Avoir, montrer, annoncer ce qui est vif et brillant, en parlant de l’esprit.
    • Pétiller d’esprit,
    • Cet enfant pétille d’esprit.
    • Son style pétille d’esprit.
    • Ses yeux pétillent de contentement.

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier