pacte de famine

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

L'expression de pacte de famine fut utilisée, par les contemporains puis par les historiens du XIXe siècle, pour dénoncer la spéculation sur le commerce des grains à partir de la libéralisation de ce commerce dès 1763-1764, qui eut pour conséquence d'affamer le peuple. Il y eut de fait une alliance objective entre gouvernants qui faisaient les lois et spéculateurs pour faire sur cette spéculation d'importants profits.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
pacte de famine pactes de famine
\Prononciation ?\

pacte de famine \Prononciation ?\ masculin

  1. Pacte tacite, ou alliance objective, qui a pour but d'enrichir une minorité au détriment du peuple.
    • Il a besoin de leurs lumières pour confectionner un nouveau pacte de famine et d'infamie : le tarif Bousson, dont j'avais eu vent et que j'avais démasqué à la réunion du Jeu de Paume. — (J.-B. Platel, La grève des boutonniers de l'Oise,)
    • Tout chef de manufacture qui fait travailler 1.000 ouvriers et qui gagne sur chacun un sou par jour, est un homme qui prépare la détresse de 1.000 ouvriers ; tout bénéficiaire a juré le pacte de famine. — (Joseph Proudhon, La Propriété,)
  2. Acte concerté du patronat pour faire céder les travailleurs en les affamant.
    • Novembre 1919 - CATALOGNE • Début du lock-out patronal - Ce pacte de famine dure jusqu’en janvier 1920. — (Chronologie de l’anarchisme et des mouvements et activités utopiques et libertaires espagnols)
    • Le maire, toujours à la recherche d'un accord, prend cependant très fermement parti contre la décision patronale de lock-out, qualifiée de "pacte de famine", comme l'atteste une protestation du Conseil municipal de Limoges, le 17 avril: […] — (Marie-Victoire Louis, La grève de Limoges contre droit de cuissage, avril 1905)

TraductionsModifier

Voir aussiModifier