Voir aussi : PAF

Conventions internationalesModifier

Symbole Modifier

paf invariable

  1. (Linguistique) Code ISO 639-3 du paranawát.

RéférencesModifier

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Interjection) Onomatopée. [1]
(Adjectif)(sens ivre) : Dérivé de paffé, participe passé de paffer (« se gaver »). [1]
(Nom) Incertain.

Interjection Modifier

paf \paf\ invariable

  1. Onomatopée dont on se sert pour exprimer le bruit d’un coup, d’une chute.

DérivésModifier

Adjectif Modifier

paf \paf\ invariable

  1. (Populaire) Ivre.
  2. (Technique) Qualifie une pierre de construction, un marbre, de moyenne dureté.
    • Le Cardinal de Berilé , représenté à genoux devant un génie qui lui tient son livre, exécuté en marbre paf. — (A. Lenoir, Notice historique des monumens des arts, réunis au Depot national, rue des Petits Augustins,Éd. Cussac, An IV de la république, Paris)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
paf pafs
\paf\

paf \paf\ masculin

  1. (Argot) Pénis.
    • Elle ferme les yeux, tâchant à recomposer dans son esprit le plantureux paf de Bérurier. — (San Antonio, Les cochons sont lâchés, S-A 148, 1991)

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

EspérantoModifier

ÉtymologieModifier

Du verbe pafi (« tirer (avec une arme à feu) »).

Onomatopée Modifier

paf \paf\

  1. Pan. (bruit de coup de feu ou de tape)
    • Oni aŭdis la bruon de la pugfrapado: paf; paf.
    On entendait le bruit de la fessée : pan ; pan.

DérivésModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

D’origine onomatopéique.

Adjectif Modifier

paf \Prononciation ?\

  1. Baba, estomaqué.
    • Ik sta paf.
      J’en reste comme deux ronds de flan.
    • Ergens paf van staan.
      Être époustouflé de quelque chose.

Interjection Modifier

paf \Prononciation ?\

  1. Paf.

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 94,1 % des Flamands,
  • 92,6 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]