Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1964) Mot-valise remplaçant le préfixe néo- (« nouveau ») de néologisme par paléo- (« ancien ») : « néologisme sur de l’ancien ».

NotesModifier

1822 : Si nous sentons quelquefois le besoin d’enrichir la langue consacrée par les maîtres, [...] pourquoi se jeter dans le néologisme, avant d’avoir épuisé les ressources du paléologisme, bien autrement précieuses! Étudions la langue de nos pères, qui, à tout prendre, est la nôtre; et ne demandons pas à d’autres qu’eux ce qu’ils peuvent nous prêter. — (Auguste-Prosper-François Guerrier de Dumast, Chios, la Grèce et l’Europe, poème lyrique accompagné de notes explicatives, M. Schlesinger, 1822, page 24)

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
paléologisme paléologismes
\pa.le.ɔ.lɔ.ʒism\

paléologisme \pa.le.ɔ.lɔ.ʒism\ masculin

  1. (Très rare) Mot ancien dont l’emploi a totalement disparu, exhumé et réintroduit dans la langue bien après son extinction à la manière d’un néologisme.
    • On les assimile d’ordinaire aux archaïsmes, mais ceux-ci existent sans solution de continuité, ont des charges sémantiques associées dans les compétences des individus et sont de surcroît chargés de connotations. Le croup (laryngite de type diphtérique), un poitrinaire (tuberculeux) constituent des archaïsmes. En revanche les signifiants générer, décisionnaire ont existé, disparu et réapparu, sans aucune connotation. Ce sont des paléologismes. — (Jean-François Sablayrolles, Nomination, dénomination et néologie : intersection et différences symétriques, Néologica n° 1, Garnier, mars 2007, pages 87-99)
    • Ces deux derniers mots [« ramentevoir » et « ramentevances »], attestés entre le 12e et le 16e siècles, prennent ici un statut de paléologismes que signale de manière oblique le commentaire dubitatif du narrateur. — (Daniel Marcheix, Les incertitudes de la présence, Peter Lang, 2010, page 209)
    • Gracq est donc l’un de ces écrivains, finalement assez rares, qui ne créent pas de mots. Sa spécialité, c'est le paléologisme, le mot oublié de tous, absent des dictionnaires contemporains, qu’on tire de la tombe comme un lapin d’un chapeau, vieux et neuf à la fois. — (Michel Volkovitch, Un grand sensuel, volkovitch.com, 2017)

TraductionsModifier

PrononciationModifier