Voir aussi : Palais

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) Du latin palatum (« palais, sens du goût »).
(Nom 2) Du latin palatium (« palais des Césars sur le mont Palatin, à partir d’Auguste »).

Nom commun 1 Modifier

Singulier et pluriel
palais
\pa.lɛ\
 
Un palais humain.

palais \pa.lɛ\ masculin singulier et pluriel identiques

  1. (Anatomie) Paroi supérieure qui sépare la fosse nasale de la bouche, chez les êtres humains.
    • Marcoul ne peut s'abstenir de trinquer avec son sauveur. Il n'aime pourtant guère cet alcool lourd et râpeux, si dur au palais. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (18e et 19e siècles) Cette même paroi, chez les animaux dont l'homme se nourrit.
  3. Goût ; sens du goût.
    • Les arômes contribuent à rendre le produit agréable au palais, ce qui dépend essentiellement de la présence de produits laitiers ou de la matière édulcorante dans la formule. — (Germain Ménard et al., « La Biscuiterie industrielle », dans Armand Boudreau et Germain Ménard (coordonnateurs), Le Blé: éléments fondamentaux et transformation, Presses de l’Université Laval, Québec (QC), 1992, page 305)
    • Je me demande même si le contrôle de la fermentation malolactique, en atténuant l’acerbité habituelle, n'a pas aidé nos vins à conquérir le palais de nos compagnes. — (Émile Peynaud, Le vin et les jours, Bordas, 1988, Dunod, 2012)
    • Le condiment (littéraire) n'a que peu ou point d'action sur le palais de la foule. — (Baudelaire, l'Art romantique, XX, i.)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier et pluriel
palais
\pa.lɛ\
 
Palais-Royal à Paris (1)

palais \pa.lɛ\ masculin singulier et pluriel identiques

  1. Vaste demeure urbaine d’un souverain, d’un prince, d'un chef d'État, d'un évêque, d’un haut dignitaire de l'Église (Par opposition au château, demeure située à la campagne).
    • C’est à La Marsa qu’habite Ali-Pacha-Bey : le prince régnant de Tunisie. La coutume oblige le souverain à demeurer ailleurs que dans un palais où est mort l'un de ses prédécesseurs. — (Eugène Blairat, Tunis : Impressions de voyages, Paris : Librairie Ch. Delagrave, 1891)
    • La rue de la République, à Nouméa, partait d'une jetée de bois sur la mer et gagnait, après le palais blanc du gouverneur, une autre rue, que des maisons, […], flanquaient à droite. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    1. (Par extension) Résidence urbaine d'une grande famille.
      • Le palais Pitti.
      • Le palais Farnèse.
  2. Ancienne résidence royale ou seigneuriale transformée en musée ou abritant divers services et dont le nom s'est conservé.
    • Le palais de Westminster abrite le parlement britannique.
  3. (Par hyperbole) Maison magnifique.
    • Sa maison est un véritable palais.
  4. Ellipse de palais de justice, lieu où siègent les tribunaux.
    • C'est lui qui, au Palais, dans la salle des témoins, durant les Assises, a eu cette phrase pour faire avouer à un gros type qu'il était bien lui, le gros, l'auteur du crime qu'on imputait à l'autre, entre les deux cipaux. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Gens de palais, les juges, avocats, avoués, huissiers, etc.
  5. (Par extension) (Droit) Ensemble des magistrats et officiers ministériels de toutes les chambres qui le composent.
    • Le palais s’accorde à penser que…
    • L’opinion du palais.
    • L’usage constant du palais.
  6. (Figuré) (Droit) Profession d’avocat.
    • Se destiner au palais.
  7. (Régionalisme) (Occitanisme) (Italianisme) Désigne de nombreux immeubles d'habitation, souvent de standing.

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Voir aussiModifier

  • palais sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier