pangermanisme

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1846) De pan- (du grec ancien « tout ») et germanisme composé de germain avec le suffixe -isme impliquant une idéologie.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
pangermanisme pangermanismes
\pɑ̃.ʒɛʁ.ma.nism\

pangermanisme \pɑ̃.ʒɛʁ.ma.nism\ masculin

  1. (Politique) Doctrine politique suivant laquelle tous les peuples germaniques doivent être groupés.
    • Trouver, dans les situations politiques d'il y a mille ou deux mille ans, des raisons majeures pour convoiter et pour annexer, ce serait imiter les pires procédés de nos adversaires. Ce que nous leur avons le plus souvent reproché, c’est d'avoir mis au service de leurs passions nationales les faits et les hommes d’autrefois. Établir la vérité sur les âges disparus n’a jamais été la préoccupation dominante de leurs recherches : ils ont surtout demandé à ces âges des précédents à leur politique, des précurseurs à leurs grands hommes. Le pangermanisme n’a pas consisté seulement à étendre dans l’espace la grandeur du nom allemand, mais encore à la reculer dans le temps, à incorporer à leur patrimoine des terres d’aujourd’hui et des êtres de jadis. Voyez par exemple leurs atlas historiques, ces atlas qui chaque année forment dans leurs gymnases des milliers d’adolescents; prenez dans ces atlas les cartes de l'Europe à toutes les époques : ces cartes, d’ailleurs bien faites, rappelleront à la jeunesse allemande que la France de l’Est faisait jadis partie du Saint Empire Germanique, et elles le rappelleront de telle manière, que l'écolier sera convaincu de ce principe: ce qui a été une fois allemand doit redevenir allemand pour toujours. Ne commettons pas cette folie, n’empoisonnons pas nos âmes, comme ils le font pour les leurs, à l’aide de souvenirs historiques travestis et déformés. Respectons les faits et les hommes disparus au point de ne les étudier que pour eux mêmes. Rendons-les à la vérité, et ne les soumettons ni à nos caprices ni à nos espérances.— (Camille Jullian, Le Rhin gaulois : le Rhin français, Attinger, frères (Paris), 1915, p.35)
    • Il s’est inspiré de l’historien allemand Treitschke, maître du pangermanisme moderne et violent adversaire de la France […] — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier