Voir aussi : pantalón, Pantalon

Étymologie

modifier
(1583)[1] Apparait avec le sens de « Pantalon[1] », personnage bouffon de la commedia dell’arte ; (1585) « costume de Pantalon[1][2] » ; (1790) sens moderne de « longue culotte » (voir sans-culotte qui lui est contemporain) sous la plume de Marat - voir citation ci-dessous - où il désigne l’habit des miliciens populaires en oppositions aux soldats de la garde nationale « bourgeoise ». Cette culotte populaire sera mise à la mode par la suite - voir illustration - par les incroyables, dandys de l’époque révolutionnaire.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
pantalon pantalons
\pɑ̃.ta.lɔ̃\
 
Mode de l’an 9 (1800) - Chapeau à petits bords, habit très court, colet très haut et épais ; pantalon très haut et très large.
 
Différents pantalons en 1877.
 
Pantalon en jean.

pantalon \pɑ̃.ta.lɔ̃\ masculin

  1. (Habillement) Longue culotte qui descend jusque sur le cou-de-pied.
    • À peine eurent-ils endossé l’habit national, qu’ils s’admirèrent dans ce nouvel accoutrement ; le plus mince artisan affublé d’un uniforme regardait avec dédain son confrère en habit bourgeois. Bientôt un bonnet de grenadier et un pantalon de chasseur divisèrent en trois corps la milice parisienne elle-même et l’empêchèrent de se réunir pour le salut commun. — (Jean-Paul Marat, Appel à la Nation, 1790)
    • Winckelmann paraît s'être trompé, lorsqu'il a dit que le subligaculum des acteurs romains était un pantalon comme nous disons aujourd'hui. — (Antoine Mongez, Mémoires de l'Institut national de France)
    • Leur costume consistait en une grossière vareuse de laine noire […], un chapeau à vastes bords, un pantalon à liseré rouge et un morceau de cuir replié en manière de chaussure. — (Jules Verne, Voyage au centre de la Terre)
    • Vêtu d’un chandail humide et porteur d’une casquette spongieuse, déformée, d’un pantalon trop court et de godillots à clous, le gars tétait un authentique brûle-gueule de terre-neuva. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Ils dégraffèrent mon pantalon, baissèrent mon slip et m’accrochèrent les électrodes de chaque côté de l’aine. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Non seulement, il ne porte que des sabots ou des espadrilles de toile, comme un contrebandier, mais aussi un éternel pantalon avachi, tout rapetassé au fond et aux genoux. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Pantalon à pieds, pantalon qui a des pieds comme en ont les bas.
  2. (Vieilli) Pièce de lingerie féminine consistant en une culotte à jambes.
    • Quand elle achetait soit des corsets, soit des peignoirs, soit des pantalons, elle voulait toujours que ce fût moi qui passasse avec elle dans la chambre au fond et qui les lui essayasse. — (Le Roman de Violette: œuvre posthume d’une célébrité masquée, 1870, page 66)
    • Et, comme Julius allait entrer, elle s’élança d’abord dans la pièce, vers un pantalon de femme, indiscrètement étalé sur une chaise, que ne parvenant pas à dissimuler, elle s’efforça du moins de réduire. — (André Gide, Les Caves du Vatican, 1914)
    • Elle met son corset, ses jarretelles, son pantalon, son jupon. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • L’intérieur, en bois plus clair, « faisait ressortir » les piles de pantalons bordés de dentelles « larges comme la main », les jupons de dessous, les camisoles à festons empesés, les gentils cache-corset, l’orgueil de Joséfa « qui avait la passion du linge ». — (François Mauriac, Le Mystère Frontenac, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 79)
  3. (Théâtre) Comédien ou comédienne endossant le rôle de Pantalon.
    • Les décors sont beaux, les costumes très variés, et il y a parmi les tableaux qui se succèdent dans ces trois actes une scène vraiment originale : c’est le bal masqué de la fin, où apparaissent sous leur costume pittoresque tous les types de l’ancienne commedia dell’arte, les pierrots, les pantalons, les arlequins, les colombines, dont chaque groupe danse sur un rhythme particulier ; l’ensemble est gai et d’un effet vraiment comique. — (Paul Scudo, « Revue musicale »], dans Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 50, 1er mars 1864, page 242)
  4. (Sens figuré) (Rare) Homme sans dignité, sans consistance, qui change d’opinion, d’attitude et de conduite suivant les circonstances et ce qu’il croit être son intérêt, par allusion au personnage de la comédie italienne.
    • C’est un véritable pantalon.
    • – Je t’aide de mon mieux, mon amie, reprit Anthime, d’une voix séraphique ; je t’ai maintes fois proposé, puisque je suis ingambe à présent, d’aller au marché ou de faire le ménage à ta place.
      – Ce n’est point là affaire aux pantalons.
      — (André Gide, Les Caves du Vatican, 1914)

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Hyponymes

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Voir aussi

modifier

Références

modifier

Étymologie

modifier
Du français pantalon.

Nom commun

modifier

pantalon \Prononciation ?\

  1. (Habillement) Pantalon.

Synonymes

modifier

Taux de reconnaissance

modifier
En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 87,8 % des Flamands,
  • 97,5 % des Néerlandais.

Prononciation

modifier

Références

modifier
  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]