papillonner

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIVe siècle) Dénominal de papillon qui, entre autres, butine de fleur en fleur, sans attache.

Verbe Modifier

papillonner \pa.pi.jɔ.ne\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Voltiger d’un objet à un autre, d’une personne à une autre sans s’arrêter à aucune.
    • Il ne fait que papillonner.
    • Il papillonnait de l’une à l’autre.
  2. (Sexualité) Être volage, faire un brin de cour galante.
    • Je suis sémillant, je badine, je folâtre, je papillonne, je voltige de l'une à l'autre, je les amuse toutes. — (Boissy)
    • La comtesse : je ne me suis jamais mêlée de vos affaires de cœur. Ne papillonnez pas trop autour d'elle, tout de même. — (Anouilh, La Répétition ou l'Amour puni, 1950)
  3. Papilloter, battre comme des ailes de papillons.
    • Les mots de carrière superbe, de bel avenir, de premier pas brillant, papillonnaient devant ses yeux et lui faisaient mal à la tête. — (Stendhal, L. Leuwen, 1835)
  4. (Argot) (XIXe s.) Voler du linge dans les voitures des blanchisseurs.
  5. Produire des papillons, en parlant du ver à soie.
    • Des cocons que nous pouvons transformer.... en graine, en les faisant papillonner. — (Moniteur des soies, octobre et novembre 1873)

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier